Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets 2018 → Sauvegarde de la nappe Fes-Mekknes (Maroc)

2018

Sauvegarde de la nappe Fes-Mekknes (Maroc)

Maroc

Titre : Sauvegarde de la nappe Fes-Mekknes (Maroc)

Pays : Maroc
Zone d’intervention : Bassin du Sébou – Nappe Fès-Meknes

Dates\Durée : 2018 ?

Contexte
Le bassin du Saïss s’étend sur une superficie de 2200 Km² et abrite une population qui s’élève à environ 3 millions d’habitants, dont 72 % en milieu urbain et 28 % en milieu rural. Ce bassin renferme un système aquifère d’importance socio-économique capitale en raison d’une part, de sa contribution dans l’alimentation en eau potable des villes de Fès, Mekknès et agglomérations avoisinantes, et de son rôle dans le développement du secteur agricole avec un potentiel globale de la plaine d’environ 160 000 hectares et dont 50 000 hectares sont actuellement irriguées d’autre part.
La succession des années de sécheresse depuis les années 80 et l’anarchie de l’utilisation des eaux ont conduit à une surexploitation des eaux souterraines. En effet, le bilan annuel de la nappe de Fès-Mekknès enregistre un déficit de l’ordre de 100 Mm3/an. Ce déficit se traduit par la baisse continue du niveau piézométrique (3 m/an en moyenne), le recul de l’aire d’artésianisme, l’assèchement de certains cours d’eau et le tarissement des sources. Le maintien de ce rythme de pression sur les ressources en eaux souterraines de la plaine de Saïss compromettra, à court et moyen terme, la sécurité de l’approvisionnement en eau potable et aura des conséquences néfastes dans les secteurs agricoles, touristiques, industriels, économiques et environnementaux.

Descriptif
Si l’apport extérieur (retenue sur le Haut Sébou) permettant d’alimenter la nappe Fès-Mekknès au niveau de la plaine du Saïss n’est pas finement encadré par l’Agence du Bassin hydraulique grâce au renouvellement du contrat de nappe et aux mécanismes de permis et de redevances, il pourrait se traduire par : * Une augmentation des surfaces irriguées, les ressources actuelles ayant « bridé » soit les surfaces plantées soit les apports aux cultures ; * Le refus d’abandonner les forages existants au profit des apports externes pour des raisons de coût ; * En conséquence, la poursuite de la dégradation de la ressource en eau souterraine au-delà de son niveau actuel ; * Au-delà de l’impact environnemental : est en jeu l’exode rural lié à la faillite des exploitations si une action vigoureuse de terrain n’est pas structurée pour atteindre une péréquation ressource-demande optimisée et durable.

Partenaire(s) financier(s) : Agence de l’eau Artois-Picardie

Porteur (s) du projet  : ABH du Sébou - Parties prenantes du contrat de nappe Fès-Mekknès - Office International de l’Eau

Estimation du coût : > 1 M Eur

Office International de l’Eau

Page publiée le 16 septembre 2020