Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → ONG/NGO Coopération décentralisée → Ethiopie → Pratiques agricoles durables pour de meilleures conditions de vie Oromo et Amhara – Éthiopie

2019

Pratiques agricoles durables pour de meilleures conditions de vie Oromo et Amhara – Éthiopie

Ethiopie

Titre : Pratiques agricoles durables pour de meilleures conditions de vie Oromo et Amhara – Éthiopie

Pays : Éthiopie
Localisation : Oromo et Amhara

Date : Le projet, étalé sur 2019 et 2020, s’adresse à 3.700 petits agriculteurs et apportera une contribution indirecte positive à 31.892 individus.

Présentation
Le projet présenté vise à promouvoir des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement en Éthiopie dans les zones de Oromo et Amhara en vue d’améliorer les conditions de vie des agriculteurs en les rendant moins dépendants des cultures traditionnelles de maïs, teff (graine de farine sans gluten) et café que de nombreux facteurs mettent en péril. Ces cultures sont gourmandes en engrais chimiques onéreux qui réduisent la fertilité des sols et dégrade l’environnement. Un vaste programme prévoit la suppression des engrais chimiques dans 900 exploitations et leur remplacement par des éléments fertilisants naturels. Les agriculteurs seront formés au traitement des sols organiques et à la rotation des cultures, à la culture de légumineuses (soja), à la culture et l’accès aux semences et à l’utilisation de compost et engrais liquides. La promotion de l’élevage permettra de diversifier leurs sources de revenus et apportera une contribution à la fabrication du compost. Des pépinières seront créées pour améliorer l’accès aux semences et plants. Elles seront gérées par les communautés. Il est prévu de réhabiliter 1.000 hectares de terres touchées par l’érosion et d’améliorer la couverture forestière tout en mettant en œuvre des technologies de conservation des sols et de l’eau. Un programme spécifique concernant la reconnaissance et l’évaluation des risques et menaces sera mené afin de permettre aux communautés de planifier et mettre en œuvre des mesures visant à les réduire. Des initiatives seront prises pour diminuer l’utilisation massive de bois de chauffe dans les ménages en instituant l’utilisation de fours économes dont la fabrication sera confiée à des femmes et celle du biogaz à partir de déjections animales dans les ménages.

Bénéficiaires : Le projet s’adresse à 3.700 petits agriculteurs et apportera une contribution indirecte positive à 31.892 individus.

Association : SOS Faim Luxembourg

Budget : Le coût du projet est de € 230.000. Il est financé à 80% par le MAAE du Luxembourg.

NIF Fondation Aide Projets Humanitaires

Page publiée le 8 septembre 2020