Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2019 → Caracterisation phytochimique et evaluation du potentiel bioactif de deux fabaceae-genisteae [ressource textuelle, sauf manuscrits] : cytisus triflorus l’hérit. (Syn. C. villosus) et genista ferox poiret

Université M’hamed Bougara de Boumerdès (2019)

Caracterisation phytochimique et evaluation du potentiel bioactif de deux fabaceae-genisteae [ressource textuelle, sauf manuscrits] : cytisus triflorus l’hérit. (Syn. C. villosus) et genista ferox poiret

Aourahoun Née Ait-kaci, karima

Titre : Caracterisation phytochimique et evaluation du potentiel bioactif de deux fabaceae-genisteae [ressource textuelle, sauf manuscrits] : cytisus triflorus l’hérit. (Syn. C. villosus) et genista ferox poiret

Auteur : Aourahoun Née Ait-kaci, karima

Université de soutenance : Université M’hamed Bougara de Boumerdès

Grade : Doctorat : Biologie : 2019

Résumé partiel
L’étude porte sur la caractérisation phytochimique et l’évaluation du potentiel bioactif de deux Fabacées ?Genistées, très peux investiguées, représentatifs de la flore algérienne : Cytisus triflorus, à usage phytothérapeutique, et Genista ferox sous ?valorisée. Les Huiles essentielles (HE) des organes végétatifs aériens de C. triflorus ont été extraites par hydrodistillation (HD) et HD combinée aux ultrasons (US ?HD), puis analysés par GC ?MS. Les HEs des feuilles ont montré une importante prédominance des composés appartenant à la classe des terpènes (HD 79,85 % ? US ?HD 52,66 %) avec dominance du linalool, tandis que celles des tiges est plutôt marquée par une forte teneur en acides (HD 52,44 % ? US ?HD 27,45 %) avec prédominance de l’acide linoléique. La comopsition des HEs des organes végétatifs est rapportée pour la première fois chez le genre Cytisus. L’examen microscopique (photonique et électronique à balayage) des coupes anatomiques des feuilles et des tiges de C. triflorus, a révélé la présence de poils sécréteurs capités, rapportés ici pour la première fois chez le genre Cytisus et la tribu des Genistées concernant spécifiquement les tiges. L’analyse des fractions volatiles des extraits aqueux de C. triflorus, a révélé la présence de composés d’intérêt, tels que les acides gras palmitique et linolénique ainsi que le tyrosol et le BHT, tout deux réputés pour leur activité antioxydante. Le BHT, connu de source synthétique, est rapporté ici pour la première fois chez le genre Cytisus. Les lipides foliaires de C. triflorus et G. ferox sont dominés par l’acide linolénique et l’acide oléique, respectivement, tandis que l’acide 8,11 ?octadécadienoique, non commun, majore dans les lipides des tiges de C. triflorus. Cet acide gras est identifié pour la première fois chez le genre Cytisus. L’analyse des extraits alcaloïdiques par GC ?MS, a permis d’identifier 10 composés chez C. triflorus, dont 3 alcaloïdes tricycliques type ??pyridone (Caulophylline, Tinctorine et D ?thermopsine) sont rapportés pour la première fois chez l ’espèce C. triflorus. Chez G. ferox, ont pu être caractérisés 6 alcaloïdes, notamment tricycliques (cytisine, caulophylline, Rhombifoline, Tinctorine et D ?thermopsine). L’analyse par HPLC ?DAD ?UV des extraits phénoliques de C. triflorus et G. ferox a révélé la présence de l’acide guallique, de la vanilline et de la quercetine, lesquels seraient impliqués partiellement dans les effets antioxydant et anti ?inflammatoire démontrés ultérieurement, par les deux espèces. La présence du BHT a également été notée dans les extraits phénoliques de C. triflorus. Le potentiel antioxydant des extraits phénoliques et des alcaloïdes a été évalué par la méthode de DPPH. Les extraits phénoliques des deux espèces ont exhibé les meilleures activités anti ?radicalaires, avec des IC50 variant entre 19,17 µg/ml et 200,83 µg/ml pour C. triflorus et entre 105,37 µg/ml et 206,61 µg/ml pour G. ferox. Par ailleurs, bien que l’activité anti ?radicalaire des alcaloïdes soit relativement faible pour les deux espèces, l’extrait alcaloïdique des feuilles de C. triflorus a montré une importante activité inhibitrice du blanchissement de la ??carotène, supérieure à celle exhibée par l’acide ascorbique (75,52 % vs 30,42 %). Les alcaloïdes foliaires de C. triflorus se sont révélés moins actif sur la bactérie à Gram + (Staphylococcus aureus) avec une CMI de 33,33 µg/ml contre une CMI de 8,33 µg/ml vis ?à ?vis d’Escherichia coli à Gram ?. L’activité inhibitrice de cet extrait sur la croissance mycélienne du champignon Aspergillus niger, est supérieure à celle des extraits hydro ?alcooliques foliaires des deux espèces, testés sur A. ochraceus ; avec un pourcentage d’inhibition de 39,7 % au 7ème jour pour les alcaloïdes, et 12,23 % (C. triflorus) et 23,74 % (G. ferox) au 15ème jour d’incubation.

Mots clés : Huile essentielle Cytisus triflorus Genista ferox

Portail National de Signalement des Thèse (PNST)

Page publiée le 15 novembre 2020