Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → ONG/NGO Coopération décentralisée → Sénégal → Valorisation de l’Aire Marine Protégée Communautaire du Gandoule (Sénégal)

2020

Valorisation de l’Aire Marine Protégée Communautaire du Gandoule (Sénégal)

Sénégal

Titre : Valorisation de l’Aire Marine Protégée Communautaire du Gandoule (Sénégal)

Pays : Sénégal

Signature convention : 04/03/2020

Durée du projet : 15 mois

Contexte
L’Aire Marine Protégée Communautaire du Gandoule (AMPG, 15 732 ha) se situe dans la région de Fatick, au centre ouest du Sénégal et fait partie de la Réserve Biosphère du Delta du Saloum (RBDS, 334 000 ha). Composée de 14 îles, l’AMPG renferme un important réseau de plans d’eau douce, saumâtre à salée (mares, bolongs, etc.), un ensemble d’écosystèmes particuliers (mangrove, savanes, tannes, vasières, île de Sang, etc.) qui forment des îlots de reproduction pour les oiseaux. Pourtant, cette aire marine protégée est menacée par la surexploitation des ressources halieutiques, la coupe abusive de bois de mangrove, l’extraction de sable marin et la salinisation des terres. Malgré tout, l’AMPG regorge de potentialités éco touristiques importantes (biodiversité marine et côtière, situation estuarienne, position dans la Réserve de Biosphère du Delta du Saloum, richesse culturelle, proximité de campements et d’hôtels, camping, balade…) qui méritent d’être mieux valorisées.

Objectifs
L’objectif de ce projet, porté par le comté de gestion de l’AMPG, est de contribuer à une meilleure gestion et valorisation de l’Aire Marine Protégée Communautaire du Gandoule.

Activités
* La redynamisation du comité de gestion et l’élaboration de règles de gestion ;
* L’organisation de 4 patrouilles par mois pour lutter contre les activités illégales (notamment de la pêche) et recueillir des données biologiques sur le milieu.

Bénéficiaire : GIE NIOWUDANE AIRE MARINE PROTEGEE DU GANDOUL (AMPG)

Financement
Montant global du projet : 40 000 €
Contribution FFEM : 30 000 € Présentation : UICN France

Page publiée le 18 août 2020