Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets 2019 → Mise en œuvre partielle du Plan de gestion intégrée du complexe de zones humides de Guerbes-Sanhadja (Algérie)

2019

Mise en œuvre partielle du Plan de gestion intégrée du complexe de zones humides de Guerbes-Sanhadja (Algérie)

Algérie

Titre : Mise en œuvre partielle du Plan de gestion intégrée du complexe de zones humides de Guerbes-Sanhadja (Algérie)

Réhabilitation et valorisation à travers l’Utilisation Rationnelle des Ressources en Eau

Pays : Algérie

Date : Le document de projet a fait objet de signature, le 30 janvier 2019 entre le Ministère des Affaires Etrangères (MAE), la Direction Générale des Forêts (DGF) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). Un atelier de démarrage a été organisé le 7 février 2019.

Contexte
Les zones humides sont une ressource de grande valeur économique, culturelle, scientifique et récréative pour l’homme. Elles sont importantes, et parfois vitales pour la santé, le bien-être et la sécurité des populations qui vivent dans leurs limites ou à proximité parce qu’elles sont parmi les milieux les plus productifs du monde, sources de Biens et Services multiples et variés.

La surexploitation des ressources d’eau douce met en péril le bien-être humain et l’environnement, car, la dégradation des zones humides ébranle l’accès à l’eau salubre, la santé humaine, la production alimentaire, le développement économique et la stabilité géopolitique.

Le présent projet concerne le complexe des zones humides de Guerbes-Sanhadja, d’une superficie de 42.100 hectares, situé sur la plaine littorale algérienne et caractérisée par une biodiversité riche et exceptionnels dans le bassin méditerranéens. Cependant, ce site de Guerbes Sanhadja est soumis à de fortes pressions anthropiques mettant en péril son existence, à travers, l’extension de l’agriculture et le défrichement à grande échelle des terres forestières pour faire place à des cultures spéculatives saisonnières, provoquant inexorablement l’érosion éolienne qui, compte tenu de la texture du sol sableux, peut causer l’envasement de toute la zone, y compris les lacs et les dépressions , l’extraction incontrôlée et parfois illégale de dunes de sable à l’intérieur des terres peut provoquer une déstabilisation d’une partie de la zone et provoquer une catastrophe écologique de grande envergure à moyen et long terme et les rejets d’eaux usées des Daira de ben Azzouz et des villages en amont. Ce projet s’inscrit dans le cadre des efforts consentis par le Gouvernement algérien dans sa politique nationale de conservation des zones humides et de la biodiversité, de développement durable, de lutte contre la désertification et les changements climatiques et de lutte contre la pauvreté et l’exclusion. Il est élaboré, en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le Développement.

Présentation
Ce présent projet découle d’un projet d’élaboration d’un plan de gestion intégrée du site Ramsar du complexe des zones humides de Guerbès-Sanhadja à Skikda qui a été initié, en 2007, clôturé en 2017, au travers un partenariat entre le Gouvernement Algérien et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) avec la participation du Fonds Mondial pour la Nature (WWF) et a été mis en œuvre par la Direction Générale des Forêts /conservation des Forêts de Skikda. Cette première phase du projet, a pu atteindre ses objectifs conceptuels en développant des outils à travers un plan de gestion intégrée, une stratégie de communication, et un système de suivi évaluation de la biodiversité, des études thématiques environnementales et socio-économiques, une stratégie de communication et de sensibilisation et les soutiens consacrés à l’éducation environnementale, notamment à travers la publication d’un guide destiné aux animateurs de l’éducation à l’environnement, permettant de développer les notions théoriques enseignées aux écoliers sur l’environnement, à travers des jeux éducatifs ludiques et dynamiques pour le respect et la préservation de la nature. Un Centre d’Éducation et de Sensibilisation à la protection de l’Environnement (CESP) interactif a été aménagé, qui est une réalisation pilote en Algérie et constitue l’action concrète phare du projet et un outil de communication privilégié auprès des jeunes générations.

Le projet a également permis le développement, à titre pilote, d’activités génératrices de revenus, à travers deux projets : la Promotion et valorisation de l’élevage apicole au profit de dix (10) riverains, en leur assurant un accompagnement technique, ainsi que la réalisation d’un projet de développement de l’activité avicole, au profit des femmes rurales, et ce, avec l’appui de l’association « des femmes rurales de Skikda ». Compte tenu de ses richesses et des menaces pesant sur ce site mettant en péril son existence, il a été proposé, avec l’adhésion de toutes les parties prenantes (autorités locales, société civiles, départements ministériels) son classement en aire protégée selon la législation nationale en vigueur, en plus du statut international dont il jouit en tant que site Ramsar. Ce classement est indispensable pour renforcer le processus de conservation et développement durable. C’est dans ce contexte de consolidation des outils élaborés lors de la première phase, que ce nouveau projet a été conçu, il s’attellera à une mise en œuvre partielle du plan de gestion pour la période 2019-2020.

Budget : Le montant du projet, objet de convention, s’élève à 407 000 USD, Dans le cadre du nouveau contrat programme entre la DGF et le Groupement Génie rural pour la période 2020-2022, le projet a bénéficié d’une enveloppe supplémentaire de 12 605 042 de DA (107 000 USD), portant pratiques agricoles.

Présentation : PNUD

Page publiée le 2 septembre 2020