Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets de recherche pour le Développement → 2018 → Vulnérabilités et capacités adaptatives de l’agriculture irrigué au Maghreb - VIANA

G Eau (2018)

Vulnérabilités et capacités adaptatives de l’agriculture irrigué au Maghreb - VIANA

Agriculture Irrigation Maghreb

Titre : Vulnérabilités et capacités adaptatives de l’agriculture irrigué au Maghreb - VIANA

Zone d’étude : Maghreb

Calendrier : Date de début du projet : 01/04/2018 // Date de fin du projet : 31/03/2021

Présentation
Le projet VIANA étend une recherche existante sur les vulnérabilités de l’agriculture irriguée au Maghreb, en caractérisant de potentielles solutions agroécologiques locales, et en analysant le contexte nécessaire/favorable à l’émergence de ce genre de pratiques. En utilisant le concept de capacité adaptative, et en faisant l’hypothèse qu’il existe des potentielles d’adaptations et d’innovations fortes au niveau de territoire, l’objectif de ce projet est d’identifier, caractériser et co-évaluer les pratiques locales et systèmes à bas-intrants, développés par les acteurs à différents échelles (parcelle, exploitations, territoire) pour faire face à ces vulnérabilités.

Le projet se focalisera en particulier sur la caractérisation de pratiques ayant le potentiel de maintenir la productivité globale du territoire irrigué tout en améliorant la durabilité environnementale des systèmes agricoles. Le projet s’intéressera en particulier aux améliorations d’efficiences d’utilisation des intrants et ressources à l’échelle de l’exploitation, l’efficience d’utilisation de l’eau des cultures, et les stratégies de diversification des exploitations.

Le projet comportera trois sites d’études contrastés au Maghreb : la plaine du Saïs au Maroc, le Haut-Chéliff en Algérie et la plaine de Kairouan en Tunisie. D’un point de vue méthodologique, le projet est résolument transdisciplinaire, et inclura des chercheurs en agronomie, sciences de l’eau et de l’environnement, économie et sciences politiques. Toutes ces disciplines travailleront à qualifier l’agriculture irriguée considéré comme un système socio-écologique, au sein d’un cadre cognitif interdisciplinaire.

Commanditaire : Agence Française de la Recherche (ANR)

Organismes Partenaires : INAT Tunisie, Université Hassan II Maroc, Université Djilali Bounâama Algérie, INRA Montpellier

Présentation : G-eau

Page publiée le 13 septembre 2020