Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Master → 2020 → Marché des produits pharmaceutiques vétérinaires dans la région de M’Sila : impact de la qualité sur l’acceptabilité des éleveurs

Université Mohamed Boudiaf M’sila (2020)

Marché des produits pharmaceutiques vétérinaires dans la région de M’Sila : impact de la qualité sur l’acceptabilité des éleveurs

Bedda, Imane. Barkat, Bochra

Titre : Marché des produits pharmaceutiques vétérinaires dans la région de M’Sila : impact de la qualité sur l’acceptabilité des éleveurs

Auteur : Bedda, Imane. Barkat, Bochra

Université de soutenance : Université Mohamed Boudiaf M’sila

Grade : Master Académique Sciences Agronomiques 2020

Résumé
Cette étude vise d’obtenir une vue globale sur la solvabilité des produits pharmaceutiques vétérinaires dans la région de M’sila, en ce qui concerne : la nature des principes actifs les plus demandés par les vétérinaires, les marques commerciales dominantes, les modalités de prescription des médicaments et l’impact de rapport qualité/prix sur l’acceptabilité des éleveurs. Elle inclut des enquêtes réalisées via questionnaires et interviews sur un échantillon de 29 vétérinaires (Annexe III) distribués sur 11 communes, puis comparaison des résultats avec les recommandations du journal officiel de l’Algérie (Annexes I et II). Les résultats montrent une diversité des produits pharmaceutiques vétérinaires distribués et des marques commerciales avec un ratio élevé (fournisseurs/vétérinaires) de 0,72 (21/29), presque 21 distributeurs de médicaments vétérinaires ont été recensés, mais avec une domination sur le marché des deux distributeurs locaux ; El’hidab vet (M’Sila) et M’sila vet (M’Sila), puis d’un distributeur hors wilaya qui est Cirta AHP (Constantine). La majorité des éleveurs cherchent un gain immédiat et refusent l’idée de respecter les doses et les délais d’attentes des médicaments. Ce qui expliquerait l’usage anarchique des ATBs, des antiparasitaires, de certains vitamines (surtout B12 et AD3E) et vaccins. Il serait urgent de respecter les recommandations du Journal Officiel, pour mieux protéger la santé animale et publique

Présentation

Version intégrale (6,6 Mb)

Page publiée le 23 octobre 2020