Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2019 → Traitement des boues de vidange par lits de séchage plantes en utilisant le charbon de bambou comme conditionneur physique sous climat soudano-sahélien.

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2019

Traitement des boues de vidange par lits de séchage plantes en utilisant le charbon de bambou comme conditionneur physique sous climat soudano-sahélien.

BAKAYOKO Sati

Titre : Traitement des boues de vidange par lits de séchage plantes en utilisant le charbon de bambou comme conditionneur physique sous climat soudano-sahélien.

Auteur : BAKAYOKO Sati

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master Ingénierie Eau et Assainissement 2019

Résumé
De nombreux pays en développement d’Afrique subsaharienne s’appuient principalement sur des systèmes d’assainissement (OSS). C’est le cas du Burkina Faso où la forte dépendance à l’égard de ces systèmes (environ 80%) a conduit à une production importante de boues d’épuration (BV), qui présentent divers risques environnementaux et sanitaires. Le traitement des boues de vidange est le maillon faible de la gestion des boues de vidange en Afrique de l’Ouest. Les lits de séchage plantés et non plantés sont des techniques d’ingénierie prometteuses pour le traitement efficace des boues de vidange (BV). Cette étude portait sur le traitement des boues fécales en utilisant les lits de séchage plantés avec du charbon de bambou comme conditionneur physique dans le contexte sahélien. Le dispositif expérimental est composé de 12 lits de séchage expérimentaux avec 6 lits plantés et 6 lits non plantés. La moitié des lits plantés (T3, T6 et T9) a été chargée avec du BV mélangé à du charbon de bambou broyé, tandis que l’autre moitié (T1, T4 et T8) a été chargée avec du BV uniquement. Le même traitement a été appliqué aux lits non plantées avec du charbon de bambou (T7, T11 et T14) et sans charbon de bambou (T5, T10 et T13) respectivement. Un taux de chargement annuel de 233,3 kg MS/m2.an a été appliqué pour les lits alimentés avec un mélange BV/charbon et 155,6 kg MS/m2.an pour les lits alimentés avec BV uniquement. La qualité des boues de vidange, des biosolides accumulés sur les lits et du percolât a été contrôlée pendant 3 mois avec l’analyse des paramètres de pollution physico-chimique (MS, MES, MVS, DCO, N-NH4+, N-NO3-, N-NO2-, PT, P-PO43-) et des indicateurs de contamination (coliformes fécaux, Streptocoques fécaux et œufs d’helminthes). Les résultats ont montré des taux d’humidité moyens de 8,36 %, 6,21 %, 19,07 % et 18,33 % et une teneur moyenne en matière sèche de 91,64 %, 93,79 %, 80,39 % et 81,67 % respectivement pour (T3, T6 et T9), (T1, T4 et T8), (T7, T11 et T14) et (T5, T10 et T13) avec un rapport C/N global de 11,06. La qualité des biosolides semble avoir une valeur fertilisante élevée (Norg : 2,15%, PO43- : 2,83%, COT : 23,8%, PT : 23,5% et TKN : 8,58%). La concentration d’œufs d’helminthe a été réduite de 50979 œufs/g de MS à 1597 œufs/g de MS après 3 mois de surveillance, soit une réduction de 96,87 %. L’élimination globale des coliformes fécaux a cependant été supérieure à 3Ulog. L’étude a généralement démontré une adaptabilité satisfaisante du Bambusa Vulgaris aux conditions dynamiques du lit de séchage de l’expérience et peut être adoptée comme macrophyte pour le traitement de la BV dans la ville de Ouagadougou.

Présentation (2iE)

Page publiée le 19 mars 2021