Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2020 → Impact du développement agricole sur les zones humides du Maroc : étude de cas dans le Haut Sebou

Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier - (IAMM-CIHEAM) 2020

Impact du développement agricole sur les zones humides du Maroc : étude de cas dans le Haut Sebou

Guejjoud H.

Titre : Impact du développement agricole sur les zones humides du Maroc : étude de cas dans le Haut Sebou

Auteur : Guejjoud H.

Etablissement de soutenance : Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier - (IAMM-CIHEAM)

Grade : Master of Science (MS) Professionnel 2019

Résumé
L’agriculture constitue un des facteurs de pression qui affecte le plus les zones humides dans la région méditerranéenne. Elle est considérée parmi un des secteurs économiques clés dans de nombreux pays méditerranéens. C’est le cas du Maroc qui s’est engagé dans des politiques ambitieuses (Plan Maroc Vert) qui visent la promotion d’une agriculture intensive et productive et de la création de la richesse et du développement socio-économique du pays. Pour ce faire, cette stratégie a fait recours à une surexploitation des ressources hydriques. Par conséquent, cette pression sur l’eau a engendré des effets néfastes sur les habitats naturels du pays, y compris les milieux humides. Le présent travail a pour objectif d’évaluer l’impact de l’activité agricole sur l’état de ces habitats humides au niveau d’un territoire marocain : la partie en amont du bassin versant de l’oued Sebou. A travers une approche spatialisée (cartographie et photo-interprétation des images satellitaires), on a pu évaluer le lien entre l’évolution des superficies en eau libre et les différents changements d’occupation du sol qu’a connu notre zone d’étude durant les trois dernières décennies(1988-2018). Les résultats ont montré que beaucoup d’habitats naturels, notamment les zones humides continuent à s’altérer du fait de leur conversion, principalement pour des usages urbains, agricoles ou de stockage de l’eau. En effet, l’intensification par la conversion des cultures pluviales en cultures permanentes irriguées, l’augmentation du nombre et de la superficie des zones humides artificielles de stockage destinées essentiellement à l’irrigation, accompagné par l’expansion urbaine et l’accroissement démographique, ont engendré un bouleversement au niveau des dynamiques des eaux de surface : un assèchement des zones humides naturelles et en contrepartie une progression des habitats artificiels. L’assèchement et l’artificialisation de ces écosystèmes naturels auront sans doute des impacts non négligeables sur leurs différentes fonctions et sur leur continuité écologique.

Mots-clés : DEVELOPPEMENT AGRICOLE ; ZONE HUMIDE ; BASSIN VERSANT ; AGRICULTURE INTENSIVE ; EAU SUPERFICIELLE ; UTILISATION DE L’EAU ; EPUISEMENT DES RESSOURCES ; CULTURE IRRIGUEE ; ARTIFICIALISATION ; EVALUATION IMPACT SUR ENVIRONNEMENT ; ENVIRONNEMENT SOCIOECONOMIQUE ; SYSTEME D’INFORMATION GEOGRAPHIQUE ; MAROC

Présentation (CIHEAM-IAMM)

Page publiée le 9 novembre 2020