Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2019 → Analyse de l’efficience des systèmes de production céréaliers en Méditerranée : cas de la Mitidja Centre-Est (Algérie)

Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier - (IAMM-CIHEAM) 2019

Analyse de l’efficience des systèmes de production céréaliers en Méditerranée : cas de la Mitidja Centre-Est (Algérie)

Boukabache H.

Titre : Analyse de l’efficience des systèmes de production céréaliers en Méditerranée : cas de la Mitidja Centre-Est (Algérie)

Auteur : Boukabache H.

Etablissement de soutenance : Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier - (IAMM-CIHEAM)

Grade : Master 2. Gestion des territoires et développement local 2019

Résumé
En Algérie, la céréaliculture est une filière stratégique qui constitue l’épine dorsale du système alimentaire du pays. Par ailleurs, les importations qui ne cessent de s’accroître considérablement en raison d’une galopante démographie additionnant une pluviométrie déficitaire, suscitent une attention particulière des autorités qui visent à améliorer ce secteur pour une autosuffisance de 50% des besoins assurés par la production locale. En effet, le rendement moyen est considéré parmi les plus faibles au monde dû à la mauvaise répartition des pluies qui est toujours présumée comme principale cause des fluctuations de la production. Mais la question demeure aussi sur l’efficience des ressources non renouvelables, en particulier l’eau et l’azote, qui constituent un frein pour le développement durable de la production des céréales. L’amélioration simultanée de l’efficience de l’utilisation rationnelle et durable de ces deux intrants ainsi que de la gestion du rendement est devenue une nécessité majeure pour une meilleure production céréalière. Le présent travail consiste à analyser les réponses des cultures de céréales aux apports hydriques et azotés cultivées en pluvial dans la zone de Mitidja centre-est, comparativement aux zones du Littoral et du Sahel, tout en se basant sur le traitement des données statistiques et agronomiques de 773 parcelles dans trois régions différentes. Une fois les données complétées, il faut effectuer le calcul de l’efficience des deux intrants (eau et azote). Ce calcul de l’efficience a été réalisé après l’estimation de : la réserve utile (RU) et l’évapotranspiration maximale (ETM). Les résultats obtenus nous ont permis de montrer la variabilité des rendements par région et par campagne agricole, d’établir les courbes enveloppes de réponses des cultures céréalières à l’eau et à l’azote et enfin, d’analyser la relation entre l’efficience de l’azote et les rendements en fonction du précédent cultural, ce qui a révélé une grande variabilité de réponses des cultures de blé dur, blé tendre et orge à l’eau expliquée par les conditions pédoclimatiques et la mauvaise répartition de pluies. Quant à la variabilité de l’efficience de l’azote, cette dernière est liée à la quantité en azote apportée et au type de système de rotation pratiqué. En effet, cette relation a montré qu’il est possible de maximiser l’efficience azotée en diminuant la quantité des apports azotés en introduisant, la combinaison la plus judicieuse du précédent cultural qui est basé sur les cultures maraîchères et les légumineuses, en particulier la culture de pois chiche.

Mots-clés : SYSTEME DE PRODUCTION ; CEREALE ; CEREALICULTURE ; FILIERE ; RESSOURCE EN EAU ; RENDEMENT DES CULTURES ; DEFICIT PLUVIOMETRIQUE ; UTILISATION DE L’EAU ; AZOTE ; TENEUR EN AZOTE ; MITIDJA ; ALGERIE ; REGION MEDITERRANEENNE

Présentation (CIHEAM-IAMM)

Page publiée le 23 octobre 2020