Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2019 → Réduction de la mycotoxicité dans l’agriculture malienne à partir de l’utilisation de biochar obtenu des sous-produits de la filière cajou

Université de Montpellier (2019)

Réduction de la mycotoxicité dans l’agriculture malienne à partir de l’utilisation de biochar obtenu des sous-produits de la filière cajou

Ahmadou, Abderahim

Titre : Réduction de la mycotoxicité dans l’agriculture malienne à partir de l’utilisation de biochar obtenu des sous-produits de la filière cajou

Mycotoxicity reduction in Malian agriculture from the use of biochar made from by-products of the cashew industry

Auteur : Ahmadou, Abderahim

Université de soutenance : Université de Montpellier

Grade : Doctorat, Sciences des aliments et nutrition 2019

Résumé
Trois biochars issus de coques de noix de cajou brutes ou prétraitées ont été produits par pyrolyse à 400, 600 et 800°C sous azote. Une surface spécifique allant de 145 à 306 m²/g a été développée par les différents biochars en fonction de la biomasse (coques brutes ou prétraitées) et de la température de pyrolyse. L’augmentation de la température de pyrolyse entraine une augmentation de la porosité et les biochars sont microporeux. Lorsqu’ils sont produits à 400, 600 et 800°C, les rendements en biochars sont de 25, 22 et 20 % respectivement. Le pourcentage de carbone pour les différents biochars varie entre 70 et 87 % en fonction de la température de production ; le pH de ces trois matériaux carbonés est basique et se situe entre 9 et 11. Les biochars produits à 800°C présentent les meilleures capacités d’adsorption des mycotoxines (aflatoxines et ochratoxine A) en solutions aqueuses. La modélisation avec les équations de Freundlich et de Langmuir ont permis de comprendre le mécanisme d’adsorption des aflatoxines et l’ochratoxine A respectivement. La cinétique d’adsorption des deux mycotoxines obéit au modèle cinétique du pseudo deuxième ordre. L’étude des interactions entre le biochar et les moisissures toxinogènes (Aspergillus carbonarius et Aspergillus parasiticus), a révélé que le biochar n’a pas d’influence sur elles.

Mots clés : Agriculture, Biochar, Cajou, Mycotoxines, Adsorption,

Présentation (BIU Montpellier)

SUDOC

Version intégrale

Page publiée le 14 octobre 2020