Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2019 → L’huile d’argan issue de l’arganier : arbre du sud ouest marocain

Université de Tours (2019)

L’huile d’argan issue de l’arganier : arbre du sud ouest marocain

Akerkoub, Rachid

Titre : L’huile d’argan issue de l’arganier : arbre du sud ouest marocain

Auteur : Akerkoub, Rachid

Etablissement de soutenance : Université de Tours

Grade : Thèse d’exercice : Pharmacie : Tours : 2019

Résumé
L’arganier est une espèce végétale endémique du Sud atlantique marocain où il couvre une superficie de plus de 832.000 Ha, son aire géographique principale s’étend entre les embouchures de l’Oued Tensift (au Nord) et l’Oued Souss (au Sud) soit entre 29° et 32° de l’attitude Nord, l’arganier est en effet "un arbre multi-usage", chaque partie ou production de l’arbre est utilisable et est une source de revenu ou de nourriture pour l’usager. En plus des propriétés écologiques et physiologiques de l’arganier, la nature a tout donné, ou presque à cet arbre : Le bois, le fourrage, l’huile et autres usages. Si les cris d’alarme en faveur de l’arganier se multiplient ces derniers temps, ce n’est pas uniquement parce que cet arbre est en péril, il est aussi et surtout une ressource économique à réhabiliter et à promouvoir. Les problèmes auxquels l’arganier est confronté, et qui peuvent à terme, et à défaut de mise en œuvre de solutions adéquates, aboutir à des situations irréversibles et aux conséquences négatives difficiles à évaluer, sont les suivantes. La superficie et surtout la densité de l’arganier régresse ; L’aire de l’arganier se dégrade d’année en année sous l’effet conjugué de l’accroissement de la population et du cheptel de l’apparition des cultures intensives (notamment le maraîchage sous serre), avec comme corollaires : le déboisement, le surpâturage, la désertification, l’exode accentué des populations rurales vers les villes de la région... Les rares tentatives de reconstitution par transplantation, opérées jusqu’à maintenant ont enregistré des échecs dû entre autres facteurs, au manque de collaboration entre les gestionnaires et les chercheurs. L’arganier et les produits qui en sont dérivés, notamment l’huile, ne sont pas valorisés comme ils devraient l’être, faute de techniques appropriées et modernes d’extraction et de production. La valorisation économique de l’arganier par le biais de ses produits peut être un des moyens de relancer durablement une foresterie rurale intégrée, en effet, quant les arbres fournissent des vivres, des produits commercialisables et des produits consommables par le bétail, les populations sont plus sécurisées et investissent plus naturellement dans ces arbres qui rapportent. L’amande de l’arganier referme 50% d’huile comestible. L’extraction de l’huile d’argan est réalisée en général par les femmes d’une façon artisanale avec un rendement ne dépassant que rarement 30%. [CHARROUF Z.1995] Des efforts sont déployés par l’association des amis de l’arganier et plusieurs organismes et bailleurs de fonds pour mécaniser le processus d’extraction afin d’augmenter le rendement et améliorer la qualité de l’huile. Les efforts entrepris ont donné naissance à un certain nombre de coopératives dont la coopérative féminine TILILA objet de notre étude.

Présentation (SUDOC)

Page publiée le 5 novembre 2020