Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2019 → Les nouveaux ksour de la vallée du M’Zab (1995-2016) : de la permanence et des mutations de la solidarité sociale dans leurs réussites et leurs échecs

École des hautes études en sciences sociales (Paris). 2019

Les nouveaux ksour de la vallée du M’Zab (1995-2016) : de la permanence et des mutations de la solidarité sociale dans leurs réussites et leurs échecs

Gueliane, Nora

Titre : Les nouveaux ksour de la vallée du M’Zab (1995-2016) : de la permanence et des mutations de la solidarité sociale dans leurs réussites et leurs échecs

The new ksour of the M’Zab Valley (1995-2016) : the permanence and changes in social solidarity

Auteur : Gueliane, Nora

Etablissement de soutenance : École des hautes études en sciences sociales (Paris).

Grade : Doctorat : Etudes urbaines (Option : Architecture et paysage) : Paris, EHESS : 2019

Résumé
Cette thèse a pour cadre géographique la vallée du M’Zab située au nord du Sahara Algérien – à 600 km au sud d’Alger. Occupée initialement par les Mozabites — des Berbères Zénètes relevant religieusement de l’Ibadisme —, la région est surtout connue pour ses ksour historiques, d’un caractère architectural et paysager exceptionnel, classés patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1982. La solidarité promue et sanctionnée par des institutions propres aux Mozabites a également contribué à la notoriété du M’Zab. Cette solidarité et des modes d’auto-organisation multiséculaires ont joué un rôle primordial dans la survie du groupe ainsi que dans la création des nouveaux ksour.La construction de ces nouveaux ksour — pensés comme des extensions des cités anciennes — a été entreprise à partir des années 1990. L’idée était de trouver une solution à la crise du logement aussi bien au plan quantitatif que qualitatif. La particularité de ces projets réside dans le rôle qu’y ont joué les institutions sociales traditionnelles mozabites, en particulier la solidarité sociale dont nous avons détaillé les pratiques tant au plan du financement des projets, qu’en ce qui concerne les modalités du choix des bénéficiaires et la réalisation des travaux, sans oublier, évidemment, la gestion des nouveaux ksour après leur occupation. Compte tenu que les attentes et les exigences des bénéficiaires de ces logements étaient nécessairement différentes de celles qui avaient présidées à la construction des anciens ksour — que cela soit en terme de confort matériel ou de façon de vivre —, nous avons été conduite à nous interroger sur la permanence et les mutations qui ont affecté les différentes formes de solidarité sociale qui soutiennent les institutions de la région, institutions garantes de la reproduction de la société mozabite et, donc, de la réussite des “nouveaux ksour “.C’est à travers l’étude des six nouveaux ksour — envisagés essentiellement de façon monographique — que nous tentons de répondre à ces interrogations. Ce travail repose à la fois sur une enquête technique conduite en tant qu’architecte et, surtout, sur des observations anthropologiques et des entretiens dans le cadre d’enquêtes de terrain accomplies en 2014, 2015 et 2016.

Présentation (SUDOC)

Page publiée le 3 novembre 2020