Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2019 → Impact d’un transfert monétaire et/ou d’un supplément nutritionnel pour la prévention du retard de croissance du jeune enfant en milieu rural au Mali : analyse d’un essai randomisé par clusters

Sorbonne université (2019)

Impact d’un transfert monétaire et/ou d’un supplément nutritionnel pour la prévention du retard de croissance du jeune enfant en milieu rural au Mali : analyse d’un essai randomisé par clusters

Adubra Laura

Titre : Impact d’un transfert monétaire et/ou d’un supplément nutritionnel pour la prévention du retard de croissance du jeune enfant en milieu rural au Mali : analyse d’un essai randomisé par clusters

Auteur : Adubra Laura

Université de soutenance : Sorbonne université

Grade : Doctorat : Épidémiologie clinique : Sorbonne université : 2019

Résumé
En 2014, afin de réduire le retard de croissance chez les jeunes enfants en milieu rural à Kayes au Mali, le Programme Alimentaire Mondial a intégré à un programme nutritionsanté préexistant (SNACK) i) un transfert monétaire (TM) aux femmes enceintes et mères d’enfants de moins de deux ans et ii) une supplémentation nutritionnelle à base lipidique (LNS) aux enfants de 6-23 mois ; sous condition de fréquenter les centres de santé pendant les 1000 premiers jours (de la conception aux 2 ans de l’enfant). Nous avons évalué l’impact de ces interventions sur la croissance des jeunes enfants, notre critère principal de jugement étant l’indice Taille-pour-Age moyen exprimé en z-scores (TA), ainsi que sur des indicateurs intermédiaires le long des chemins d’impact du programme. Un essai contrôlé randomisé en grappe a été mené, où 76 centres de santé ont été répartis dans 4 bras : 1) SNACK (comparaison), 2) SNACK+TM, 3) SNACK+LNS et 4) SNACK+TM+LNS. Nous avons comparé des échantillons transversaux d’enfants de 12-42 mois enquêtés avant (2013, n=5046) et en fin d’intervention (2016, n=5098). Malgré une amélioration de l’indice TA moyen et une prévalence du retard de croissance (TA< -2) en baisse entre 2013 et 2016 dans les bras 2 (35,6% vs. 31,8%) et 3 (34,6% vs. 29,5%), ces évolutions n’étaient pas statistiquement significatives comparativement au bras SNACK. La combinaison des 2 interventions n’a pas eu d’impact sur la croissance, mais a permis l’amélioration modeste de l’indice moyen Poids-pour-Taille (ß=+0.16 P<0,01). Dans les bras 3 et 4, le suivi de croissance des enfants et certaines connaissances des mères ont été significativement améliorés. Des données sur la mise en œuvre du programme ont identifié plusieurs freins à l’efficacité des interventions, notamment des délais d’approvisionnement et de distribution des intrants dû à des difficultés d’accès géographique, une surcharge de travail des agents de terrain, un montant insuffisant du TM, ainsi qu’un partage du LNS dans le ménage.

Présentation (SUDOC)

Version intégrale

Page publiée le 25 octobre 2020