Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2019 → La gestion de la diversité cultivée face aux variations climatiques : une approche par l’analyse de réseaux : Cas d’étude des ménages du bassin arachidier sénégalais

Montpellier : AgroParisTech (2019)

La gestion de la diversité cultivée face aux variations climatiques : une approche par l’analyse de réseaux : Cas d’étude des ménages du bassin arachidier sénégalais

Ruggieri Faustine

Titre : La gestion de la diversité cultivée face aux variations climatiques : une approche par l’analyse de réseaux : Cas d’étude des ménages du bassin arachidier sénégalais

Auteur : Ruggieri Faustine

Etablissement de soutenance : Montpellier : AgroParisTech

Grade : Mémoire de fin d’étude de la formation Gestion Environnementale des Ecosystèmes et Forêts Tropicales GEEFT 2019

Résumé
La diversité cultivée est une des stratégies d’adaptation des agroécosystèmes au changement climatique. Elle dépend fortement des réseaux de circulation de semences que les agriculteurs mobilisent pour obtenir les semences et qui leur permet de gérer l’agrobiodiversité de leurs agroécosystèmes afin de s’adapter efficacement. L’analyse de ces réseaux et les savoirs locaux sur les observations du changement climatique sont deux cadres qui permettent de comprendre ce processus. Dans la zone de Niakhar du bassin arachidier sénégalais, les agriculteurs de deux villages ont observé une sécheresse dans les années 70 et une reprise de la pluviométrie depuis les années 2000. Ces variations de la pluviométrie, corroborées par les stations météorologiques, les ont amenés d’une part à faire varier leur cortège de variétés et d’autres part à récupérer des semences qu’ils avaient perdues. Ils ont donc mobilisé leur réseau d’approvisionnement en semences, composé de trois types de sources : les autres individus, les marchés locaux et les SECCOs. Il a été observé que le marché et le SECCO sont plus souvent mobilisés dans le cas d’achat ponctuel d’arachide. Le mil au contraire est plus souvent récupéré chez un autre individu. Dans ces cas-là, celui-ci fait le plus souvent partie de leur famille. Les transactions pour le niébé, le sorgho et le mil sont le plus souvent des dons, au contraire de l’arachide qui est majoritairement achetée. Dans les réseaux entre individus du même village, un petit nombre de personnes sont impliquées dans la plupart des échanges.

Mots Clés : Climat — Changements — Adaptation ; Résistance à la sécheresse ; Semences

Présentation (AgroParisTech)

Page publiée le 24 octobre 2020