Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2019 → Les choix des parties prenantes dans les organisations de microfinance au Sénégal

Université Bourgogne Franche-Comté. (2019)

Les choix des parties prenantes dans les organisations de microfinance au Sénégal

Sarr, Babacar

Titre : Les choix des parties prenantes dans les organisations de microfinance au Sénégal

The choices of stakeholders in microfinance organizations in Senegal

Auteur : Sarr, Babacar

Etablissement de soutenance : Université Bourgogne Franche-Comté.

Grade : Doctorat : Sciences de gestion : Bourgogne Franche-Comté : 2019

Résumé
Devant le constat que les organisations africaines fonctionnent selon les principes universels (occidentaux), mais que de tels principes méconnaissent souvent les spécificités africaines, ce travail se propose de faire le rapprochement entre théorie occidentale et spécificités africaines. Ce travail doctoral examine un modèle occidental, celui de Mitchell et al. (1997), enl’appliquant à la gouvernance des organisations de microfinance au Sénégal. De nombreuses recherches expliquent que les dérives des organisations de microfinance sont liées à des problèmes de gouvernance. De plus, plusieurs recherches s’appuient sur le concept de parties prenantes comme fondement de la gouvernance des organisations de microfinance. Enfin, lemodèle de Mitchell et al. (1997) est cité comme l’une des typologies les plus pertinentes dans la littérature sur la théorie des parties prenantes. L’objectif de cette thèse est donc de tenir compte des spécificités traditionnelles et culturelles sénégalaises en utilisant l’approche du modèle de Mitchell et al. (1997). A partir, d’une étude qualitative basée sur 24 entretiens, effectués auprès des dirigeants des organisations de microfinance au Sénégal dans la région de Dakar, nous mettons en évidence que les théoriesoccidentales, en particulier le modèle de Mitchell et al. (1997), ne peuvent s’appréhender qu’en fonction d’un contexte institutionnel lié à un territoire, à la tradition qui s’y exerce et aux acteurs spécifiques qui la font vivre. De surcroît, prendre en compte les aspectstraditionnels et locaux peut amener à repenser le rôle des organisations de microfinance (création de valeur et répartition du surplus) et les mécanismes de contrôle à mettre en œuvre pour limiter les dérives clientélistes ou les détournements de fonds.

Présentation (SUDOC)

Version intégrale

Page publiée le 3 novembre 2020