Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Master → 2016 → Caractérisation phénolique et mesure des activités antioxydante et antibactérienne de quelques plantes médicinales dans le Sahara Septentrional Algérien.

Université El Oued (2016)

Caractérisation phénolique et mesure des activités antioxydante et antibactérienne de quelques plantes médicinales dans le Sahara Septentrional Algérien.

HECHIFA, Djebbaria ; MERAD, Khaoula

Titre : Caractérisation phénolique et mesure des activités antioxydante et antibactérienne de quelques plantes médicinales dans le Sahara Septentrional Algérien.

Auteur : HECHIFA, Djebbaria ; MERAD, Khaoula

Université de soutenance : Université El Oued

Grade : Master Académique en Sciences biologiques 2016

Résumé
Afin d’évaluer l’effet du mode de séchage des plantes sur les teneurs de composés phénoliques et leur l’activité biologique, On a fait l’étude phytochimique d’extrait des plantes médicinales sélectionnées (Oudneya africana R, Retama raetam, Calligonumn comosum L’her), elles sont dispersées dans le désert de l’Algérie. Ces plantes étudiées subissent à quatre modes de séchage (air libre, séchoir solaire, étuve et lyophilisation) et en plus de l’utilisation de la plante fraîche. D’après notre étude, on révèle que le mode de séchage le plus adapté est la lyophilisation ensuite le séchage à l’étuve et le sechoir solaire. Le screening phytochimique a mis en évidence la présence des alcaloïdes, des tanins et des flavonoïdes chez tous les échantillons, a l’exception de l’extrait d’O.africana R. lyophilisée. On a enregistré un rendement en pourcentage plus élevé pour la plante O. africana R. séché à l’air libre (23.772%), et la plante R. raetam séché à l’étuve (20.32%), et la plante C. comosum L’ her séché à séchoir solaire (13.031%). En ce qui concerne le dosage quantitative des polyphénols, flavonoides et des tanins condensés on remarque la quantité la plus élevée chez C. comosum L’ her séchée par lyophilisation (647.02μgEAG/gMS ; 235.19μgEQ/gMS et 182.268 μgEAG/gMS) suivi par le R. raetam avec des teneurs (328.15μgEAG/gMS ; 103.7μgEQ/gMS et 76.226 μgEAG/gMS) dans le mode séchoir solaire pour le dosage des polyphénols et des tanins condensés et à lyophilisateur pour le dosage des flavonoides, et en faible quantité chez O. africana R. avec des teneurs (130.01μgEAG/gMS ; 87.32μgEQ/gMS et 56.389μgEAG/gMS) dans l’étuve, lyophilisateur et séchoir solaire respectivement. La valeur d’IC50 de l’activité antioxydante sont calculées à l’aide de l’équation linéaire du taux d’inhibions du radical DPPH montrent des valeurs importantes dans l’extrait de C. comosum L’her est égal (37.216μg/ml et 98.457μg/ml) suivi par R. raetam (38.792μg/ml et 101.705μg/ml) et O. africana R. (39.721μg/ml et 105.737μg/ml) séchées à lyophilisateur, pour l’acide gallique et l’acide ascorbique respectivement. Les résultats de l’activité antibactérienne montent que la souche bactérienne Gram positif (S.aureus, Micrococcus) est plus sensible que le Gram négatif (P.aeruginosa, E.coli). Alors qu’on a constaté des zones d’inhibitions la plus élevé chez l’espèce S.aureus (15mm) pour R. raetam lyophilisée et chez l’espèce Micrococcus (14mm) pour R. raetam séche au séchoir solaire.

Mots clés : Plantes médicinales, Oudneya africana R., Retama raetam, Calligonumn comosum L’ her, le mode de séchage, l’activité antioxydante, l’activité antibactérienne.

Présentation

Version intégrale (2,45 Mb)

Page publiée le 23 décembre 2020