Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2006 → Les mattorals de romarin dans la région de l’Oriental au Maroc : gestion de la ressource et propositions de mise en valeur

Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier (IAMM) 2006

Les mattorals de romarin dans la région de l’Oriental au Maroc : gestion de la ressource et propositions de mise en valeur

Ismaili Moulay Rachid

Titre : Les mattorals de romarin dans la région de l’Oriental au Maroc : gestion de la ressource et propositions de mise en valeur

Auteur : Ismaili M.R.

Etablissement de soutenance : Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier - (IAMM-CIHEAM)

Grade : Master of Science (MS) 2006

Résumé
Les matorrals de romarin couvrent dans la région de l’Oriental au Maroc une superficie approximative à 220 000 hectares. La valorisation de ces espaces naturels peut contribuer à l’amélioration des conditions de vie d’une population rurale lourdement touchée par la pauvreté et les effets de la sécheresse. Le caractère multi-usage de cette ressource constitue une source de discordes et de conflits entre les différents utilisateurs (exploitant-distillateurs, éleveurs et apiculteurs). Quarante enquêtes usagers et soixante entretiens ont été réalisés dans les deux communes rurales de Tincherfi et de Sidi Ali Belkacem (Province de Taourirt). A travers ces investigations, les matorrals de romarin sont apparus comme un input fondamental dans les systèmes de production pour la majorité des usagers, qui les conçoivent comme un noyau de vitalité économique dans la région. Notre étude a permis de souligner une double tendance : d’une part, la participation de la population au processus d’aménagement des espaces naturels par la création de coopératives et d’associations ; d’autre part, l’élaboration de processus de régulation et de contrôle des activités qui peuvent constituer une menace pour l’environnement (reformulation du contrat de cession de romarin). Cependant, Les organisations actuelles dans cette zone restent encore des structures légères, qui risquent de ne bénéficier qu’à ceux disposant de moyens économiques. Le postulat qui s’est dégagé consiste à organiser les usagers en coopératives de production des dérivés de romarin. Actuellement les normes de qualité sur le marché international (Identification géographique, produits biologiques, etc.) offrent d’énormes opportunités aux produits locaux. La culture des plantes aromatiques et médicinales peut constituer un moyen de diversification de la production, voire une culture de substitution à certaines cultures de subsistance moins valorisantes. Enfin, la sensibilisation, l’encadrement et le suivi de ces organisations s’avèrent nécessaire. L’action de l’Etat est sollicitée, un renforcement du partenariat entre les acteurs est essentiel pour la lutte contre la pauvreté et la conservation des matorrals de romarin dans la région de l’Oriental au Maroc

Mots-clés : GESTION DES RESSOURCES NATURELLES ; LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ; MAROC ; ORIENTAL ; ROMARIN ; SCRUB ; DEGRADATION DE L’ENVIRONNEMENT ; CONSERVATION DES RESSOURCES ; DROIT D’USAGE ; PROPRIETE ; SYSTEME DE PRODUCTION ; UTILISATION MULTIPLE ; VALORISATION ; ACTIVITE COOPERATIVE ; DEVELOPPEMENT RURAL ; GESTION PARTICIPATIVE ; CONFLIT D’USAGE

Présentation (CIHEAM-IAMM)

Page publiée le 18 août 2010, mise à jour le 22 novembre 2017