Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 1993 → Intensification de la céréaliculture et différenciation des exploitations agricoles dans une région Marocaine d’agriculture pluviale : la Haute Chaouïa. Cas de la commune rurale Ouled Said.

Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier (IAMM) 1993

Intensification de la céréaliculture et différenciation des exploitations agricoles dans une région Marocaine d’agriculture pluviale : la Haute Chaouïa. Cas de la commune rurale Ouled Said.

Bounnar A.

Titre : Intensification de la céréaliculture et différenciation des exploitations agricoles dans une région Marocaine d’agriculture pluviale : la Haute Chaouïa. Cas de la commune rurale Ouled Said.

Auteur : Bounnar A.

Etablissement de soutenance : Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier (IAMM)

Grade : Master of Science 1993

Résumé
Au cours du présent travail nous avons étudié - au sein d’une zone de céréaliculture pluviale - l’intensification des céréales d’hiver (blé dur, blé tendre et orge) en relation avec la taille de l’exploitation agricole, la pression sur la terre et ce, avant de placer l’intensification céréalière dans le fonctionnement économique des exploitations agricoles. Il apparaît qu’au sein de cette zone, l’on est en présence d’un certain acquis en matière d’intensification céréalière : utilisation des inputs industriels et des techniques culturales modernes. Cette situation est dûe à un environnement économique et institutionnel favorable. Il apparaît que le processus d’intensification est relié à la taille de l’exploitation agricole et à sa dimension économique. En effet, les exploitations agricoles qui disposent d’une assiette foncière et de ressources monétaires suffisantes et qui arrivent à enclencher un processus d’accumulation du capital prennent le risque et intensifient plus que les autres. Le désengagement remet en cause les conditions de l’émergence de cet acquis et de sa continuation, et partant, bloque le développement du secteur. Pour remédier à cet état de fait, l’intervention de l’Etat s’avère nécessaire et urgente dans le secteur céréalier : elle doit s’orienter vers l’intensification de la recherche-développement, le soutien des prix et l’assainissement des circuits de commercialisation. Mais elle doit aussi garantir un crédit adapté aux différentes situations des agriculteurs, et apaiser le poids des structures foncières (Résumé de l’auteur)

Mots Clés : CEREALE ; ACCROISSEMENT DE PRODUCTION ; CULTURE PLUVIALE ; CLASSIFICATION DES TERRES ; RISQUE ; POLITIQUE AGRICOLE ; INTERVENTION DE L’ETAT ; EXPLOITATION AGRICOLE ; CEREALICULTURE ; MAROC ; CHAOUIA.

Présentation (Catalogue MeditAgri)

Page publiée le 19 août 2010, mise à jour le 29 novembre 2017