Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 1997 → La mise en valeur agricole des zones sahariennes : les attitudes des exploitants vis-à-vis des facteurs de production dans la région d’Adrar (Algérie).

Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier (IAMM) 1997

La mise en valeur agricole des zones sahariennes : les attitudes des exploitants vis-à-vis des facteurs de production dans la région d’Adrar (Algérie).

Mouterfi Ouali

Titre : La mise en valeur agricole des zones sahariennes : les attitudes des exploitants vis-à-vis des facteurs de production dans la région d’Adrar (Algérie)

Farmland development in Saharian areas : farmers’ attitudes towards factors of production in the Adrar region (Algeria)

Auteur : Mouterfi Ouali

Etablissement de soutenance : Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier - (IAMM-CIHEAM)

Grade : Master of Science (MS) 1997

Résumé
La mise en valeur agricole des zones sahariennes fonde ses espoirs sur l’exploitation des nappes souterraines. Celle-ci relève-t-elle d’une agriculture minière ou ouvre-t-elle des perspectives de renouvellement à un modèle oasien séculaire mais désarticulé par les mutations que son environnement externe lui a imposées. La logique des exploitants, décryptée à travers leurs attitudes vis-à-vis des ressources naturelles et financières, constitue un élément pertinent pour y répondre. L’étude, appliquée à la région d’Adrar (Algérie), s’appuie sur des entretiens libres et interroge des entrepreneurs agricoles, des exploitants de la petite mise en valeur et des professionnels des services techniques impliqués dans ce processus. Dans la petite mise en valeur, la culture de base reste le palmier, les autres productions sont, pour l’essentiel, destinées à l’autoconsommation. L’agriculture d’entreprise se distingue, elle, par la taille des exploitations et sa spécialisation dans la céréaliculture. Les observations faites montrent une tendance au désinvestissement aussi bien dans les actions de préservation des ressources naturelles que dans celles concourant à améliorer la productivité. Cet état de fait résulte pour une part des effets de l’ajustement structurel, mais aussi d’une logique qui refuse d’intégrer pleinement les aléas, économiques ou naturels, dans sa stratégie productive.

Mots-clés : GESTION DU SOL ; ZONE ARIDE ; OASIS ; COMPORTEMENT DES AGRICULTEURS ; FACTEUR DE PRODUCTION ; RESSOURCE EN EAU ; ALGERIE ; ADRAR.

Présentation (CIHEAM-IAMM)

Page publiée le 19 août 2010, mise à jour le 2 décembre 2017