Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2003 → Projet de développement des parcours et de l’élevage dans l’Oriental (PDPEO) du Maroc : évaluation du changement induit et perception du projet par les bénéficiaires

Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier (IAMM) 2003

Projet de développement des parcours et de l’élevage dans l’Oriental (PDPEO) du Maroc : évaluation du changement induit et perception du projet par les bénéficiaires

Chiliah Abderrafik

Titre : Projet de développement des parcours et de l’élevage dans l’Oriental (PDPEO) du Maroc : évaluation du changement induit et perception du projet par les bénéficiaires

Auteur : Chiliah Abderrafik

Etablissement de soutenance : Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier - (IAMM-CIHEAM)

Grade : Master of Science (MS) 2003

Résumé
Le projet de développement des Parcours et de l’Elevage dans l’Oriental (PDPEO) a été lancé pour répondre aux objectifs suivants : augmenter le revenu des éleveurs ; renverser le processus de dégradation des parcours ; accroître une base de développement durable. Pour atteindre ces objectifs, le projet a prévu un certain nombre d’actions regroupées en trois composantes : aménagement pastoral, développement de l’élevage, mesures d’accompagnement. Le projet a certes introduit des améliorations au niveau de certaines pratiques déjà connues et mises en oeuvres par les populations qu’elles soient d’ordre technique ou social. Malgré les changements opérés avec l’avènement du PDPEO, la conduite du cheptel demeure traditionnelle pour la majorité des éleveurs. Pendant la sécheresse, les gros éleveurs ont maintenu ou augmenté leur cheptel et leurs marges brutes, tandis que les moyens et petits éleveurs ont vu leur cheptel diminuer de manière notable. Les subventions permettent aux gros éleveurs de maintenir ou d’accroître la taille de leur cheptel, même dans les années de sécheresse, tandis que les petits éleveurs, confrontés à des problèmes de liquidité, sont obligés de réduire leurs troupeaux au risque, pour ces derniers, de les perdre totalement. Deux tiers des éleveurs peuvent être considérés comme vulnérables et demeurent menacés par la sécheresse. Les autres ont dû se délester d’une partie au moins de leur bétail, et se sont reconvertis en périphérie des centres urbains - gourbi ville - ou se sont engagés comme bergers

Mots-clés : MAROC ; EST ; PROJET DE DEVELOPPEMENT ; PARCOURS ; PASTORALISME ; SYSTEME DE PRODUCTION ; EVALUATION DE PROJET ; CONDUITE D’ELEVAGE ; COOPERATIVE DE PRODUCTEURS

Présentation (CIHEAM-IAMM)

Page publiée le 19 août 2010, mise à jour le 5 décembre 2017