Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Tunisie → Thèse soutenue → 2016 → Evolution des systèmes aquifères du bassin de l’Oued Merguellil sous contraintes anthropiques caractérisation des systèmes et des processus

Institut National Agronomique de Tunis (INAT) – Université de Carthage (2018)

Evolution des systèmes aquifères du bassin de l’Oued Merguellil sous contraintes anthropiques caractérisation des systèmes et des processus

JERBI Hamza

Titre : Evolution des systèmes aquifères du bassin de l’Oued Merguellil sous contraintes anthropiques caractérisation des systèmes et des processus

Auteur : JERBI Hamza

Etablissement de soutenance : Institut National Agronomique de Tunis (INAT) – Université de Carthage

Grade : Doctorat en Sciences Agronomiques 2018

Résumé partiel
Dans les environnements semi-arides et notamment les régions méditerranéennes, les changements globaux ont induit des modifications radicales des processus hydrologiques dont en particulier dans la répartition spatiale et temporelle des stocks et des flux d’eau. Le bassin du Merguellil, en Tunisie centrale, fournit un exemple illustratif des processus hydrologiques profondément modifiés par l’action humaine. L’oued Merguellil, le principal cours d’eau du bassin, a connu une évolution socio-hydrologique extrêmement marquée. En effet, son état actuel est l’héritage d’une longue histoire d’interactions entre l’homme et son milieu. Il est actuellement intermittent sur la majeure partie de son cours, or les dires des riverains et les documents anciens révèlent qu’il n’en était pas ainsi au début du siècle dernier. L’objectif de cette thèse est de définir et analyser toutes les formes d’évolution visibles autour de l’oued Merguellil ainsi que leurs déterminants. Le choix méthodologique a porté sur le croisement entre les approches directes (i.e. l’analyse des données hydrologiques et géochimiques aussi bien anciennes que contemporaines) et les approches par modélisation. Le recours aux informations anciennes issues des documents d’archives a montré que l’oued Merguellil était autrefois soutenu principalement par le déversement de la nappe captive de Bouhefna. Durant les années 1974-1975 et afin de transférer les eaux souterraines du bassin du Merguellil vers les régions côtières, une stratégie politique a été mise en place pour rabattre le niveau de la nappe de Bouhefna de manière à pouvoir réduire ‘’les pertes’’ par évaporation dans l’oued Merguellil et minimiser l’écoulement souterrain vers la nappe voisine de Haffouz, d’intérêt hydrogéologique moins important. Comme prévu, cela a induit une inversion du gradient hydraulique oued-nappe inférant le tarissement des sources de déversement, la vidange de la nappe d’accompagnement et la disparition du débit de base de l’oued Merguellil à partir de 1976-1978. La modélisation hydrodynamique établie dans cette thèse suggère que le flux souterrain qui transitait vers l’oued par drainance verticale avant l’inversion du gradient hydraulique était de l’ordre de 9 hm3. Désormais ce sont les crues de l’oued qui alimentent la nappe alluviale et les nappes superficielles. L’analyse des données piézométriques, géochimiques et isotopiques a montré que les crues de l’oued se propagent dans les alluvions sur une distance très réduite ne dépassant pas 500 m avec une vitesse moyenne de 3 à 17 m.h-1. La modélisation de la propagation des crues suggère que la diffusivité des alluvions est comprise entre 30 et 90 m².h-1 pour les meilleures crues modélisées. Le flux moyen infiltré lors de la propagation des crues est estimé à 17 hm3 dans la section de l’oued entre la station de Haffouz et le barrage El Haouareb pour l’année 2013-2014

Mots Clés  : Nappe de Bouhefna, inversion du gradient, infiltration des crues, stratégie d’exploitation, socio-hydrologie.

Présentation

Version intégrale

Page publiée le 31 mai 2021