Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Tunisie → Thèse soutenue → 2020 → Mise en place d’une gestion intégrée d’éradication du charançon rouge Rhynchophorus ferrugineus Olivier 1790 Coleoptera Dryophthridae sur Phoneix canarienis en Tunisie

Institut National Agronomique de Tunis (INAT) – Université de Carthage (2020)

Mise en place d’une gestion intégrée d’éradication du charançon rouge Rhynchophorus ferrugineus Olivier 1790 Coleoptera Dryophthridae sur Phoneix canarienis en Tunisie

Meridja Sabrine

Titre : Mise en place d’une gestion intégrée d’éradication du charançon rouge Rhynchophorus ferrugineus Olivier 1790 Coleoptera Dryophthridae sur Phoneix canarienis en Tunisie

Auteur : Meridja Sabrine

Etablissement de soutenance : Institut National Agronomique de Tunis (INAT) – Université de Carthage

Grade : Doctorat en Sciences Agronomiques 2020

Résumé
Le charançon rouge des palmiers est considéré comme l’un des ravageurs les plus destructeurs au monde. C’est notamment le cas en Tunisie où Rhynchophorus ferrugineus a détruit l’aménagement paysager de la zone du Grand Tunis. L’objectif de cette étude est d’établir une gestion adéquate pour la Tunisie contre R. ferrugineus, signalé depuis 2011 dans la zone de Carthage. La problématique est par conséquent la suivante : quelle est la méthode la plus efficace sur Phoenix canariensis pour mettre fin à la propagation de R. ferrugineus dans la zone du Grand Tunis et éviter sa dissémination vers les oasis tunisiennes tout en respectant l’Homme et l’environnement ? Pour répondre à la problématique, nous avons testé l’efficacité de différentes méthodes de contrôle de cette espèce. Un élevage du charançon rouge a été réalisé afin d’étudier sa morphologie et sa biologie et de réaliser des essais dans les conditions du laboratoire et semi-naturelles. Les résultats obtenus montrent que les larves (L1-L7) représentent le stade le plus nuisible et que celles du dernier stade pèsent 330 fois plus que les larves L1. Une détection précoce des adultes grâce au piégeage est nécessaire avant l’application des moyens de lutte. La micro-injection sous pression d’une formulation liquide d’emamectine benzoate à la dose de 100 ml par palmier s’est montrée efficace dans la lutte contre R. ferrugineus. En Italie, cette substance injectée dans le stipe des palmiers, a permis leur protection pendant plus que 9 mois. Dans cette thèse, nous avons étudié la migration et la rémanence des principales substances actives utilisées en micro-injection en Tunisie pour la lutte contre R. ferrugineus. L’emamectine benzoate micro injectée dans le stipe des palmiers en Tunisie et de la même façon en Italie, représente la substance active la plus rémanente puisqu’elle a été détectée après un délai de 5 mois de son injection à la dose de 0.352 mg/kg et demeure efficace contre les larves. Le thiaméthoxam, injecté dans le stipe des palmiers à la dose de 400 ml de la solution de 25 g de Synara® dilués dans 1 litre d’eau par pied, via des tubes en cuivre, n’était détecté qu’une seule fois après 10 jours de son injection à raison de 0.123 mg/kg ; au-delà de ce délai, ses résidus étaient toujours inférieurs à la limite de détection, soit 0.1 mg/kg, il semble être donc la matière active la moins efficace comparativement à l’emamectine benzoate. Cependant, l’endothérapie doit faire partie d’une approche de lutte intégrée incluant la détection précoce, l’assainissement immédiat (assainissement au sens éradication des CRP contenus dans les palmiers infestés) et le piégeage de masse. Dans ce contexte, la comparaison de deux types de pièges Picusan® et seau en plastique rouge classique en Italie et en Tunisie a dévoilé l’efficacité écrasante des pièges Picusan® qui ont capturé en moyenne 8 fois plus d’adultes que les pièges seau en plastique rouge avec un effectif de femelles saisies 2.8 fois plus élevé que celui des mâles. Dans le cadre d’une stratégie de prévention, nous avons prouvé qu’un système de piégeage de masse, utilisant les pièges Picusan® , plus une application mensuelle par douche de chlorpyriphos éthyl ainsi qu’une micro-injection d’emamectine benzoate tous les 6 mois se sont avérés efficaces dans la réduction des dégâts sur les palmiers d’ornements dans les régions considérées infestées. Ce travail a permis aussi de déterminer la toxicité sur l’Homme et l’environnement des principaux insecticides utilisés pour la lutte chimique contre R. ferrugineus. Les résultats montrent que les substances actives appartenant à la famille des organophosphorés sont les plus toxiques. De plus, il a été démontré qu’une utilisation du système d’information géographique permet de gérer la lutte contre R. ferrugineus et fournit des informations utiles sur l’évolution et la propagation du charançon rouge des palmiers.

Mots Clés  : charançon rouge des palmiers, élevage, piégeage de masse, endothérapie, migration, rémanence, IRPeQ, toxicité, QGIS,

Présentation

Version intégrale

Page publiée le 27 mars 2021