Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Tunisie → Thèse soutenue → 2020 → Etude des thrips (Thysanoptera) en vergers d’agrumes en Tunisie en vue de l’établissement d’une strategie de gestion raisonnée des espèces nuisibles.

Institut National Agronomique de Tunis (INAT) – Université de Carthage (2020)

Etude des thrips (Thysanoptera) en vergers d’agrumes en Tunisie en vue de l’établissement d’une strategie de gestion raisonnée des espèces nuisibles.

BELAAM KORT Imen

Titre : Etude des thrips (Thysanoptera) en vergers d’agrumes en Tunisie en vue de l’établissement d’une strategie de gestion raisonnée des espèces nuisibles.

Auteur : BELAAM KORT Imen

Etablissement de soutenance : Institut National Agronomique de Tunis (INAT) – Université de Carthage

Grade : Doctorat en Sciences Agronomiques 2020

Résumé
En Tunisie, bien que les dégâts imputables aux thrips dans les vergers d’agrumes aient augmenté ces dernières années, le statut de ces insectes n’est pas connu. Ce travail a porté sur l’inventaire et l’abondance des thrips sur agrumes, la dynamique des populations des principales espèces et l’évaluation de leurs dégâts, les facteurs naturels de régulation et finalement la proposition des éléments d’une stratégie de gestion raisonnée de ces insectes. L’étude a été réalisée de 2015 à 2017, sur la base d’un suivi régulier des thrips dans 4 vergers situés à Mornag et à Bizerte et d’observations dans d’autres vergers, au total 101, situés dans ces régions et ainsi qu’au Cap-Bon. Au total, 21 espèces de thrips ont été identifiées dont 3 étaient dominantes sur Citrus : Frankliniella occidentalis, Pezothrips kellyanus et Thrips major avec respectivement 65%, 24.52% et 10% du total des thrips collectés. Ces espèces ont également été trouvées sur d’autres plantes à proximité des agrumes, en particulier Jasminum officinalis pour P. kellyanus et Diplotaxis erucoides pour F. occidentalis, suggérant un rôle possible de ces plantes dans leur cycle de vie. Les densités les plus élevées de larves et d’adultes de F. occidentalis et P. kellyanus ont été enregistrées au printemps, à la floraison et à la chute des pétales avec une seule génération / an. Les dégâts des thrips sur fruits tous types confondus étaient en moyenne de 20% pour toutes les espèces d’agrumes et variétés d’oranges. La bergamote et le citron étaient les plus sensibles à P. kellyanus engendrant des anneaux argentés spécifiques, tandis que les oranges Maltaise et Navel étaient plus affectées par les marbrures dues à F. occidentalis. Concernant les ennemis naturels, les échantillonnages du sol, ont révélé que l’acarien prédateur le plus abondant était Parasitus americanus, représentant 43,44% du total des acariens prédateurs, suivi de Stratiolaelaps scimitus, de Pachylaelaps imitans et d’Odontoscirus sp. Des densités de population élevées de P. americanus et de S. scimitus dans le sol étaient directement corrélées à une diminution de l’abondance des thrips et de leurs dégâts sur fruits, d’où l’idée de les stimuler par un apport de fumier. Cette fumure eu un effet positif sur les densités d’acariens prédateurs, en particulier celles de P. americanus, S. scimitus et Machrocheles sp., ce qui a diminué la population de thrips dans le sol et qui aurait entraîné la réduction de leurs dégâts. Ainsi, pour gérer les thrips des agrumes, il est recommandé d’apporter du fumier bovin frais à raison de 20-25 Kg/ pied pendant le mois d’avril afin de renforcer les acariens prédateurs dans le sol, ayant un potentiel régulateur des thrips. Comme il faudrait aussi éviter les traitements du sol par des produits toxiques afin de préserver cette pédofaune utile. Il est en outre nécessaire de surveiller le niveau de population des thrips pendant la floraison-chute des pétales. Si le nombre d’individus par 10 fleurs est de 1 à 3, un traitement au spinosad ou au terpenoїde aux doses respectives de 40 cc/hl et 0,5 l/hl est recommandé, l’efficacité de ces produits ayant été testée dans notre étude. Afin d’éviter que les thrips prennent plus d’ampleur, les interventions chimiques contre les autres nuisibles des agrumes doivent être rationalisées au profit des méthodes alternatives dans le cadre d’une stratégie de gestion intégrée

Mots Clés  : Thrips, agrumes, Pezothrips kellyanus, Frankliniella occidentalis, Parasitus americanus, Stratiolaelaps scimitus, fumier.

Présentation

Version intégrale

Page publiée le 31 mai 2021