Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Tunisie → Thèse soutenue → 2019 → Contribution à l’étude de la transmission du Grapevine fanleaf virus, principal népovirus associé à la maladie du court-noué de la vigne, en Tunisie.

Institut National Agronomique de Tunis (INAT) – Université de Carthage (2019)

Contribution à l’étude de la transmission du Grapevine fanleaf virus, principal népovirus associé à la maladie du court-noué de la vigne, en Tunisie.

M’RABET SAMAALI Besma

Titre : Contribution à l’étude de la transmission du Grapevine fanleaf virus, principal népovirus associé à la maladie du court-noué de la vigne, en Tunisie.

Auteur : M’RABET SAMAALI Besma

Etablissement de soutenance : Institut National Agronomique de Tunis (INAT) – Université de Carthage

Grade : Doctorat en Sciences Agronomiques 2019

Résumé
Dans ce projet de thèse, nous nous sommes intéressés à l’étude de la transmission du Grapevine fanleaf virus(GFLV) par Xipinema italiaeet par pollen et également à l’étude de la double interaction Vigne-GFLV et Vigne-Xiphinema. Les résultats préliminaires de l’étude de l’interaction entre la vigne et le GFLV, montrent sur la base des symptômes visuels, que la maladie du court-noué est largement répandue dans les vignobles économiquement importants situés au nord de la Tunisie et que le GFLV est présent dans les vignobles prospectés avec une prévalence moyenne de l’ordre de 36%. Par comparaison aux séquences nucléotidiques des isolats étrangers, les isolats tunisiens du GFLV sont proches des isolats étrangers principalement de l’isolat français F13 pour une homologie dépassant les 93%. Par contre à l’échelle nationale une variabilité génétique inter-régionale etintra-régionaledépassant les 15%a été enregistrée. Quant à l’étude de l’interaction Vigne-Xiphinema, les résultats montrent que tousles vignobles situés au nord de la Tunisie sont infestés par au moins une espèce du genre Xiphinema. X. italiae était l’espèce la plus prédominante dans toutes les parcelles prospectées avec une prévalence d’infestation de l’ordre de 70%.Une étude phylogénétique a montré que les séquences nucléotidiques des populations tunisiennes de X. index ont présenté une forte homologie (99%) avec celles françaises, italiennes et espagnoles. Par contre les populations tunisiennes de X. italiae ont présenté une forte variabilité génétique dépassant les 12% par rapport à celles Françaises et Espagnoles. L’étude de la transmission du GFLV par X. italiaea apporté des résultats importants en ce qui concerne la spécificité de l’interaction entre le GFLV et X. italiae. Nous avons trouvé l’existence d’une interaction entre le GFLV et X. italiaeidentique à celle classiquement connue entre le GFLV et X. index. Cette affinité a été détectée en conditions expérimentales contrôlées suite à un test d’acquisition et de transmission. Pour l’étude de la transmission du GFLV par le pollen, nos travaux ont apporté des résultats en ce qui concerne cette transmission. Suite à un test de pollinisation artificielle entre le pollen infecté par le GFLV et les ovules sains émasculés, nous avons trouvé que les semences, obtenues après fécondation, sont porteuses de ce népovirus. Cet envahissement n’a pas concerné seulement les semences mais aussi les organes qui forment la grappe à l’égard de la pulpe, des pédoncules et des pédicelles. Ce mouvement viral montre que le GFLV pourrait être véhiculé par la sève élaborée et avec un passage descendant de la sève, les particules virales peuvent alors infectés la plante en sa totalité.

Mots Clés  : Vigne, GFLV, transmission, Xiphinema italiae,pollen

Présentation

Version intégrale

Page publiée le 27 mars 2021