Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Tunisie → Thèse soutenue → 2020 → Potentiel bioinsecticide des huiles essentielles sur deux ravageurs des céréales stockées Rhyzopertha dominica (Fabricius, 1792) et Tribolium castaneum (Herbst, 1797) et Identification de leurs ennemis naturels

Institut National Agronomique de Tunis (INAT) – Université de Carthage (2020)

Potentiel bioinsecticide des huiles essentielles sur deux ravageurs des céréales stockées Rhyzopertha dominica (Fabricius, 1792) et Tribolium castaneum (Herbst, 1797) et Identification de leurs ennemis naturels

NCIBI Sara

Titre : Potentiel bioinsecticide des huiles essentielles sur deux ravageurs des céréales stockées Rhyzopertha dominica (Fabricius, 1792) et Tribolium castaneum (Herbst, 1797) et Identification de leurs ennemis naturels

Auteur : NCIBI Sara

Etablissement de soutenance : Institut National Agronomique de Tunis (INAT) – Université de Carthage

Grade : Doctorat en Sciences Agronomiques 2020

Résumé
Trois ennemis naturels ont été identifiés pour la première fois en Tunisie contre ces deux ravageurs. Un prédateur Xylocoris flavipes (Reuter, 1875) qui s’attaque à T. castaneum et deux parasitoïdes Theocolax elegans (Westwood, 1874) et Anisopteromalus calandrae (Howard, 1881) qui se développent aux dépends de R. dominica. Trois huiles essentielles extraites à partir de trois espèces végétales sauvages Mentha pulegium, Lavandula stoechas et Ruta chalepensis collectées de la flore du nord ouest de la Tunisie, ont été testées pour leur pouvoir insecticide par fumigation vis-à-vis de deux principaux ravageurs des céréales stockées Rhyzopertha dominica (le capucin des grains) et Tribolium castaneum (le tribolium rouge de la farine) en absence et en présence du substrat (blé brisé dans le premier cas et du blé moulu dans le second cas). Une analyse chimique par GC-MS et GC-FID des trois huiles essentielles a montré la présence de la pulégone (76,85%) pour M. pulegium, 2- undécanone (51,23%) pour R. chalepensis et camphre (23,75%) pour L. stoechas. En absence de substrat et après 24h d’exposition, les huiles essentielles de M. pulegium, R. chalepensis et L. stoechas ont montré une activité insecticide avec des valeurs de CL50 qui correspondent respectivement à : 9,76, 37,12 et 38,61 µl/l air vis-à -vis de R. dominica. En revanche, à l’égard de T. castaneum, ces huiles ont montré une activité insecticide avec les valeurs de CL50 qui correspondent respectivement à 58,07, 377,37 et 858,51 µl/l air après la même période d’exposition. En présence de substrat, M. pulegium est l’huile essentielle la plus efficace vis-à-vis de R. dominica et T. castaneum, après 120h d’exposition avec les CL50 respectives de 2968,38 et de 5193,58 µl/l air. Le test de rémanence de l’activité insecticide des trois huiles essentielles a montré que ces huiles perdent leur activité 48h après traitement contre R. dominica. Cependant, elles sont plus rémanentes à l’égard de T. castaneum où l’huile essentielle de R. chalepensis entraine 100 % de mortalité après 48 h d’exposition. Une étude histologique du cerveau et de la partie thoracique et abdominale de ces deux insectes après traitement par les trois huiles essentielles a été réalisée. Les résultats ont montré une toxicité au niveau du cerveau chez les deux insectes provoquant l’apparition de noyaux pycnotiques au niveau des cellules neurosécrétrices et son absence au niveau du tube digestif et de l’appareil reproducteur des deux sexes mâles et femelles.

Présentation

Version intégrale

Page publiée le 31 mai 2021