Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Tunisie → Thèse soutenue → 2019 → Les ravageurs des oranges Thomson cas d’Ectomyelois ceratoniae Zeller Lepidoptera Pyralidae diversité génétique bio-écologie et moyens de lutte

Institut National Agronomique de Tunis (INAT) – Université de Carthage (2019)

Les ravageurs des oranges Thomson cas d’Ectomyelois ceratoniae Zeller Lepidoptera Pyralidae diversité génétique bio-écologie et moyens de lutte

Hached Wiem

Titre : Les ravageurs des oranges Thomson cas d’Ectomyelois ceratoniae Zeller Lepidoptera Pyralidae diversité génétique bio-écologie et moyens de lutte

Auteur : Hached Wiem

Etablissement de soutenance : Institut National Agronomique de Tunis (INAT) – Université de Carthage

Grade : Doctorat en Sciences Agronomiques 2019

Résumé
La culture des agrumes est sujette à l’attaque de plusieurs ravageurs d’importances économiques variables. Depuis l’année 2008, les dégâts de la pyrale des dattesEctomyelois ceratoniae (Lepidoptera : pyralidae)ont été signalés dans les vergers d’agrumes particulièrement sur les oranges var.Thomson. Les résultats de notre étude ont montré que la présence de ce nuisible est plus importante dans le biotope de Morneg qui abrite également une population moyenne de la cochenille farineuse alors que les thrips y sont peu présents. Par ailleurs, deux techniques de la biologie moléculaire « le gêne COI » et la « RAPD-PCR » ont été testées afin d’étudier la diversité génétique de la pyrale des dattes selon la plante hôte : palmier dattier, grenadier et oranges Thomson. Une variabilité génétique élevée a été démontrée avec absence de fidélité par rapport à la plante hôte. D’autre part, en étudiant la bio-écologie de ce lépidoptère, l’activité de vol des adultes d’E. ceratoniae s’étale généralement du mois d’avril jusqu’à fin novembre – début décembre, en présentant 3 à 5 pics de volssuccessifs dans les différents vergers d’oranges Thomson. A la fin de l’infestation, la nymphose se déroule dans les feuilles d’orangers chutées et enroulées. Les dégâts occasionnés par ce ravageur peuvent atteindre les 19 % de la totalité de la production. Il a été aussi dégagé que la présence de la pyrale des dattes n’est pas associée à la cochenille farineuse au niveau des parcelles d’oranges Thomson. Le spinosade à 60 cc/hl appliqué en pulvérisation foliaire, ainsi que la densité de 10 pièges par hectare ont montré leurs efficacités dans la baisse du niveau d’infestation. Alors que l’huile essentielle du laurier noble présente un fort effet de répulsion contre ce nuisible. La dose de 3000 parasitoïdes de Trichogramma cacoeciae / pied d’orange Thomson / lâcher, a permis une faible baisse du niveau d’infestation d’où la nécessité d’essayer autres doses permettant de contrôler la pyrale des dattes Cependant, la toxicité de quelques insecticides, les plus utilisés dans les vergers agrumicoles en Tunisie, sur ce parasitoïde a été démontrée et qui variait selon son stade de développement. L’ensemble de ces résultats pourrait être donc valorisé dans un programme de lutte intégrée contre la pyrale des dattes au niveau des vergers d’oranges Thomson.

Mots Clés  : Orange Thomson, piégeage de masse, pyrale des dattes, spinosade, Trichogramma cacoeciae, variabilité génétique.

Présentation

Version intégrale

Page publiée le 27 mars 2021