Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Tunisie → Thèse soutenue → 2020 → Valorisation de l’activité biologique des macrophytes de Tunisie Phragmites Typha Joncs pour la dépollution des eaux textiles

Institut National Agronomique de Tunis (INAT) – Université de Carthage (2020)

Valorisation de l’activité biologique des macrophytes de Tunisie Phragmites Typha Joncs pour la dépollution des eaux textiles

HADDAJI DALILA

Titre : Valorisation de l’activité biologique des macrophytes de Tunisie Phragmites Typha Joncs pour la dépollution des eaux textiles

Auteur : HADDAJI DALILA

Etablissement de soutenance : Institut National Agronomique de Tunis (INAT) – Université de Carthage

Grade : Doctorat en Sciences Agronomiques 2020

Résumé
Un système de zone humide construite à écoulement horizontal à recirculation sous la surface (RHFCW) a été mis au point dans une serre. Ce système était planté avec Typha domingensis, Phragmites australis et Bolboschoenus glaucus successivement pour étudier à différents stades de leur développement, leur capacité à la dépollution des eaux usées textiles du colorant azoïque Amaranth (AM). Les expériences ont été appliquées dans les conditions d‘une serre (température, humidité etc…) avec un débit fixe : Q = 10 L / h, correspondant à un temps de séjour théorique de 3 h. L’alimentation du système RHFCW a été recirculée jusqu’à ce que la qualité de l’eau requise soit atteinte. Les performances de ce système à l’échelle pilote ont été comparées à celles d’un RHFCW non planté. L‘effet de la concentration initiale de colorant a été étudié en utilisant quatre concentrations de colorant (10, 15, 20 et 25 mg/L). Les paramètres suivants : pH, couleur, DCO, DBO5, NO3- et NH4+ ont été surveillés pendant le traitement. Pour la concentration de colorant Amaranth de 10 mg/L, les efficacités d’élimination maximales obtenues pour la décoloration, la DCO, le NO3− et le NH4+ étaient respectivement de 94 ± 0,56 %, 69 ± 0,11 %, 92 ± 0, 12 % et 97 ± 0,69 % pour P. australis ; 92 ± 0,14 %, 68 ± 1,12 %, 92 ± 0,34 % et 97 ± 0,17 % pour T. domingensis et 91 ± 0,10 %, 56 ± 0,34 %, 95 ± 0,24 % et 96 ± 0, 41 % pour B. glaucus. Les expériences démontrent une diminution de l’efficacité d’élimination des paramètres étudiés avec l’augmentation des concentrations de colorant, conduisant à une augmentation de la durée du traitement. Les changements dans les activités des enzymes antioxydantes (peroxydase de gaïacol (GPX), superoxyde dismutase (SOD), catalase (CAT), ascorbate peroxydase (APX) et glutathion réductase (GR)) et leur relation avec le système de défense des plantes contre le stress ont été étudiés. Les enzymes ont été évaluées dans les feuilles de P. australis, T. domingensis et B. glaucus au cours de la remédiation du colorant azoïque (Amaranth). Au cours du traitement, une augmentation des activités enzymatiques a été observée, conformément au rendement élevé d’élimination, avec une activité enzymatique plus élevé dans les feuilles de Phragmites australis. Un essai d‘immobilisation des peroxydases de Phragmites australis, qui ont données le meilleur rendement de traitement, a été réalisé dans ce travail et a montré qu‘il s‘agit d‘un procédé facile à manipuler, plus stables et plus efficace.

Mots Clés  : Zone humide construites. Phytoremédiation. Recirculation. Typha domingensis. Phragmites australis. Bolboschoenus glaucus. Colorant Amaranth. Enzymes antioxydantes. Immobilisation.

Présentation

Version intégrale ( Mb)

Page publiée le 27 mars 2021