Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 1996 → Contribution à la compréhension de la variabilité des rendements du blé en Algérie : cas de la commune d’Aïn Temouchent

Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier (IAMM) 1996

Contribution à la compréhension de la variabilité des rendements du blé en Algérie : cas de la commune d’Aïn Temouchent

Ferhad Abdenour

Titre : Contribution à la compréhension de la variabilité des rendements du blé en Algérie : cas de la commune d’Aïn Temouchent

Auteur : Ferhad A

Etablissement de soutenance : Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier - (IAMM-CIHEAM)

Grade : Master of Science (MS) 1996

Résumé
L’étude que nous venons de réaliser traite le problème de la variabilité des rendements des blés dans une zone homogène sur le plan pédoclimatique en Algérie. Dans le cadre de ce travail, nous avons abordé la situation de l’économie céréalière en Algérie durant la période de la gestion administrative et centralisée de l’agriculture (1963-1986) et après les réformes agricoles de 1987 pour mettre en exergue les blocages qui ont entrainé la stagnation de la production céréalière. Pour étudier de plus près le problème de la faiblesse des rendements, nous avons choisi une zone homogène au niveau d’une petite région agricole (commune de Ain Témouchent) pour rechercher les raisons de la variabilité des rendements entre agriculteurs. L’outil utilisé est l’analyse en composantes principales (ACP) avec une matrice de cinquante-cinq individus, caractérisée par quatorze variables. Il a été mis en évidence deux facteurs importants qui expliquent les bons et les mauvais rendements obtenus : la taille des exploitations et la disponibilité du matériel pour lutter contre les effets de la sécheresse. Les bons rendements ont été réalisés par des exploitations de taille moyenne et petite, notamment celles qui sont bien équipées (propriétaires ou locataires). Les mauvais rendements ont été obtenus par les exploitations de grande taille avec un nombre d’agriculteurs élevé par exploitation et disposant d’une plantation viticole et par celles qui sont démunies en équipements ou qui n’arrivaient pas à louer du matériel au cours des grandes campagnes (labours-semailles, fertilisation, désherbage et moisson battage)

Mots-clés : ALGERIE ; AIN TEMOUCHENT ; BLE ; RENDEMENT ; EXPLOITATION AGRICOLE ; METHODE ; ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES ; POLITIQUE AGRICOLE ; AUTOGESTION ; TAILLE DE L’EXPLOITATION AGRICOLE ; MATERIEL ; CEREALE

Présentation (CIHEAM-IAMM)

Page publiée le 19 août 2010, mise à jour le 2 décembre 2017