Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Canada → Analyse des proximités spatiale et a-spatiale de dispositif de formation à distance : cas de l’Université virtuelle du Sénégal (UVS)

Université Laval (2020)

Analyse des proximités spatiale et a-spatiale de dispositif de formation à distance : cas de l’Université virtuelle du Sénégal (UVS)

Tendeng, Mada Lucienne

Titre : Analyse des proximités spatiale et a-spatiale de dispositif de formation à distance : cas de l’Université virtuelle du Sénégal (UVS)

Auteur : Tendeng, Mada Lucienne

Université de soutenance : Université Laval

Grade : Doctorat en technologie éducative Philosophiæ doctor (Ph. D.) 2020

Résumé partiel
Cette étude porte sur les conditions et circonstances d’organisation de la formation à distance (FAD) offerte par l’Université virtuelle du Sénégal (UVS), dans un environnement de pays en développement d’Afrique subsaharienne et dans un contexte scientifique encourageant l’émergence de recherches explorant la réduction des distances en FAD par la proximité. Trois objectifs spécifiques (OS) sont visés : d’une part, identifier les facteurs de proximité objective, inhérents à la conception (OS 1.1) et à la mise en œuvre (OS 1.2) du dispositif pédagogique de l’UVS ; d’autre part, relever les facteurs de proximité subjective, contenus dans l’expérience étudiante (OS2). En raison des interférences complexes que l’environnement exerce sur les conditions et circonstances d’organisation de la formation, notre analyse s’inspire de l’approche systémique pour explorer les composantes qui révéleraient les facteurs qui favorisent la proximité entre le dispositif pédagogique de l’UVS et les apprenants. Cela justifie aussi le choix de l’approche qualitative d’étude de trois (3) cas de cours, pris comme des unités du dispositif pédagogique institutionnel et sélectionnés à l’issue d’un processus de recrutement fondé sur un souci de variabilité. Offerts au premier semestre de leur programme, ces cours appartiennent à trois domaines différents (technologie, sciences juridiques et sciences sociales) et engagent, chacun, dans notre étude trois types de participants principaux (un enseignant, un tuteur et deux étudiants), sans compter la vingtaine de participants secondaires. La combinaison de cette diversité de sources avec une pluralité d’outils de collecte et d’analyse des données constitue le socle méthodologique mobilisé pour atteindre la rigueur et la scientificité requises en étude de cas. L’étude fait ressortir que l’UVS s’inscrit dans un mode de gestion plutôt industrielle, qui standardise la conception des cours, en raison de la rapide croissance de ses effectifs étudiants, du défaut de ressources et du devoir de proposer des enseignements à ses étudiants. Dans un tel écosystème, la configuration du dispositif pédagogique global varie selon l’angle d’observation : officiellement comodale adaptée, implicitement hybride et formellement distancielle. Fondés particulièrement sur le niveau formel, les résultats montrent que la diffusion des trois cas de cours s’appuie sur les mêmes composantes et vise pareillement la transmission du savoir. Par conséquent, cette organisation industrielle accorde la décision pédagogique, non pas à l’enseignant, mais aux personnels non-pédagogiques. Ces constats globaux déteignent particulièrement sur les résultats liés à l’OS 1.1, qui indiquent trois faits majeurs. D’abord, il y a un certain décalage entre les intentions pédagogiques des enseignants-concepteurs et les versions finales de leurs cours, surtout à propos de la spatialisation des activités de formation

Présentation

Version intégrale (5,7 Mb)

Page publiée le 10 mai 2021