Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Canada → Institutions in public-private partnerships for natural resources conservation, management and use : A case study of the northern rangelands of Kenya

McGill University (2019)

Institutions in public-private partnerships for natural resources conservation, management and use : A case study of the northern rangelands of Kenya

Lugusa, Klerkson

Titre : Institutions in public-private partnerships for natural resources conservation, management and use : A case study of the northern rangelands of Kenya

Auteur : Lugusa, Klerkson

Université de soutenance : McGill University

Grade : Doctor of Philosophy 2019

Résumé
Les décisions concernant la gestion des ressources naturelles dans les pâturages du nord du Kenya ont traditionnellement été prises à travers le leadership offert par les institutions coutumières. Cependant, la croissance du Kenya en tant qu’État environnemental flexible a eu des répercussions sur les institutions en charge des écosystèmes et la gestion des ressources naturelles dans les zones arides et semi-arides (ASAL). De ce fait, la croissance de méthode de gestion collaborative des ressources naturelles s’est caractérisée par le développement des partenariats public-privé (PPP). L’écotourisme et le paiement des services écosystémiques sont devenus des formes flexibles de gouvernance environnementale permettant de relever les défis que pose la gestion des ressources naturelles.Ce travail a été motivée par le manque d’études empiriques sur les effets des PPP en tant que mode hybride de gestion des ressources naturelles. Plus précisément, il vise non seulement à caractériser les partenariats à travers leur évolution, les interactions entre les divers acteurs et les dynamiques du pouvoir, mais aussi à examiner leur impact sur l’efficacité, l’efficience et l’équité de la gouvernance des ressources naturelles. Quatre zones de conservation, sous la coupe du Northern Rangelands Trust (NRT) dans les zones arides et semi-arides du comté de Samburu, ont été retenues pour ce travail. La collecte des informations a été effectuée à travers des entretiens avec des informateurs clés, des groupes de discussion, des entretiens avec les ménages par le biais d’un questionnaire semi-structuré et l’observation des conditions sur le terrain par le chercheur. Ces informations ont été analysées à l’aide du logiciel SPSS (Statistical Package for Social Sciences).Les résultats démontrent que la présence de la faune sur les terres communales, en dehors des zones protégées, est la condition essentielle pour la création de ces partenariats. De plus, l’on remarque également que les PPP se caractérisent par divers types d’échanges entre les parties prenantes, tels que l’apport d’un soutien politique, la sécurité, la légitimité et les finances. A ceci s’ajoute le remaniement de l’État sous le néolibéralisme qui a conduit à la montée au pouvoir du NRT, dont l’influence a été amplifiée par ses liens avec des organisations internationales, tel que « The Nature Conservancy ». Les résultats des analyses coût-bénéfice des méthodes de gestion ont révélé l’inefficacité opérationnelle de ces dernières. En conséquence, il existe une trop forte dépendance vis-à-vis du financement des donateurs, rendant la gestion des ressources non durable sous sa forme actuelle. L’appui aux initiatives de conservation dépend fortement de l’acceptation et de la collaboration des communautés locale. Les PPP investissent donc dans des projets communaux, tel que le renforcement des mesures de sécurité, élément essentiel au succès de ces initiatives. Un effort considérable est également orienté vers une planification plus ingénieuse et une gestion responsable des ressources et de l’environnement. Cependant, dans la poursuite de leurs objectifs, il est à noter que les PPP se caractérisent par des inégalités au niveau de l’accès, de la prise de décision et des résultats. J’argumente ici que ce résultat découle du fait que l’identification et intégration des aspects contextuels de l’équité n’est pas complète.Globalement, cette thèse suggère que les partenariats de conservation public-privé pourraient être des modes efficaces de gouvernance des ressources naturelles si : (i) le système de gouvernance décentralisé des comtés prenait en charge la responsabilisation des communautés locales, afin d’éviter la tendance de certaines parties prenante à prédominer sur d’autres dans les partenariats ; (ii) les accords de partenariat était renégociés de manière plus favorables entre conservateurs et investisseurs, ce qui rendrait les réserves plus autonomes financièrement

Présentation

Version intégrale (6 Mb)

Page publiée le 13 avril 2021