Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Canada → ‘At Home in the World’ : Iraqi Refugees in Jordan and the search for comfort

McGill University (2019)

‘At Home in the World’ : Iraqi Refugees in Jordan and the search for comfort

El Dardiry, Giulia

Titre : ‘At Home in the World’ : Iraqi Refugees in Jordan and the search for comfort

Auteur : El Dardiry, Giulia

Université de soutenance : McGill University

Grade : Doctor of Philosophy 2019

Résumé
Dans la décennie qui suivi l’invasion de l’Irak en 2003, des milliers d’Iraquiens se sont installés en Jordanie voisine, où ils ont passé plusieurs années. À la différence des autres populations réfugiées dans la région, comme les Palestiniens ou, plus récemment, les Syriens, les Iraquiens en Jordanie durant cette période sont principalement des ménages de classe moyenne, généralement instruits. Installés en majorité à Amman, ils sont bien souvent plus aisés que beaucoup de leurs hôtes jordaniens. Si la plupart se sont enregistrés auprès des Nations-Unis dans l’espoir de pouvoir se reconstruire une vie en dehors de la région, beaucoup ont attendu des années pour franchir ce pas. Cette thèse analyse les dynamiques de mobilités des populations iraquiennes vers, et depuis, la Jordanie, à la suite de l’invasion américaine. S’appuyant sur un travail de terrain de 18 mois effectué entre 2010 et 2013 à Amman, elle explore, en particulier, la manière dont les concepts et les expériences de ‘chez soi’ ont été ré-imaginés et reconfigurés parmi les Iraquiens en Jordanie. Comme ces derniers me l’ont confié, et comme j’ai pu le constater par moi-même en partageant leur quotidien, leur ‘déplacement’ a été vécu moins comme un ‘événement’ en tant que tel, que comme un processus ouvert et ambigu, qui se prolonge dans le temps, et à travers l’espace. À bien des égards, ces Iraquiens ont cherché à construire un sens du ‘chez soi’ fondamentalement affectif, qu’ils ont appelé un « sens du confort » dans le monde.Pour ces Iraquiens qui ont connu, et traversé, les terres instables d’Iraq, de Jordanie, et d’ailleurs, comment leur sens du confort—ce sens d’être ‘chez soi’ dans le monde—a-t-il été cultivé ou ébranlé ? En mobilisant la notion « d’outil » chez Heidegger, cette recherche suggère que les expériences de déplacement et de ‘chez soi’ chez les iraquiens, ne sont ni binaire (‘chez soi’ / pas ‘chez soi’), ni uniquement façonnées par des considérations légales ou financières. Ces populations évaluent le confort des multiples lieux qu’ils ont connu, et donc leur habitabilité, de manière multiple, mouvante, et parfois contradictoire. En illustrant cette réalité, cette thèse affirme que les modèles de mobilité et d’emplacement construits par les iraquiens sont intimement liés, non seulement au cadre légal en vigueur, aux rencontres qu’ils ont pu faire, et aux opportunités qui leur ont été offertes dans les pays où ils se trouvent, mais aussi, et en particulier, à la quantité de travail requise pour entretenir un sens de confort

Présentation

Version intégrale

Page publiée le 13 avril 2021