Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Canada → Les logiques et les pratiques dans les organisations et associations féminines engagées dans les opérations de développement dans la région du Centre-Est au Burkina Faso

University of Ottawa (2020)

Les logiques et les pratiques dans les organisations et associations féminines engagées dans les opérations de développement dans la région du Centre-Est au Burkina Faso

Ouédraogo, Wendyam Ahmed

Titre : Les logiques et les pratiques dans les organisations et associations féminines engagées dans les opérations de développement dans la région du Centre-Est au Burkina Faso

Auteur : Ouédraogo, Wendyam Ahmed

Université de soutenance : University of Ottawa

Grade : Doctorat en Service Social 2020

Résumé
Cette étude a porté sur une association et une union féminines rurales dans la région du Centre-Est du Burkina Faso. Elle visait à montrer comment les femmes rurales se réapproprient ou non les injonctions à l’intégration des femmes et à l’égalité des genres postulées depuis l’apparition de l’ouvrage de Esther Boserup. À travers un travail d’observation directe de trois mois dans chacune des deux organisations féminines, l’étude essaye de saisir leur processus de déploiement à travers les acteur·rice·s locaux, nationaux et internationaux, acteur·rice·s « ordinaires » et institutionnels, ainsi que les dynamiques politiques, sociales et économiques qui participent à leur contingence structurelle. L’approche généalogique suivant la perspective de Foucault a permis de donner voix au chapitre aux savoirs locaux disqualifiés, anonymes, non savants des actrices et acteurs locaux. Nous avons aussi effectué 35 entretiens avec des membres de bureau, des adhérentes, des membres du personnel, des personnes ressources et des acteurs institutionnels. Les résultats de cette recherche indiquent la présence d’un leadership par le bas des organisations féminines rurales qui n’a pas attendu les injonctions ou impulsions des pouvoirs publics et autres acteurs de l’aide au développement pour apparaître. Le leadership féminin constitue un ferment efficace de rassemblement des femmes qui leur assure une visibilité et reconnaissance sociale, politique et économique. Cette reconnaissance constitue un levier et une passerelle pour accéder aux partenaires techniques et financiers (étatiques, privés, société civile) indispensables pour une expansion des activités des organisations féminines et la remise en cause de certaines barrières ou obstacles (propriété foncière, analphabétisation, militantisme politique, etc.) profondément enracinés. Les deux organisations sont cependant confrontées à des défis de nature diverse : développement économique local tourné vers la production de type industriel, exigences particulières du bailleur de fonds international, bureaucratisation accrue, financements par projet, exigences d’imputabilité et de redevabilité. Ces défis, s’ils ne sont pas propres à ces associations, sont cependant accentués si l’on tient compte des rapports sociaux de sexe en contexte burkinabè rural.

Présentation

Version intégrale (2,9 Mb)

Page publiée le 19 avril 2021