Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Maroc → Thèse soutenue → Valorisation et traitement de rejets miniers : Cas de la mine d’Imini et la mine de Jerada

Université Ibn Tofail - Kénitra (2008)

Valorisation et traitement de rejets miniers : Cas de la mine d’Imini et la mine de Jerada

Darmane, Yassine

Titre : Valorisation et traitement de rejets miniers : Cas de la mine d’Imini et la mine de Jerada

Auteur : Darmane, Yassine

Université de soutenance : Université Ibn Tofail - Kénitra

Grade : Doctorat 2008

Résumé
Ce travail porte sur la valorisation et le traitement de déchets miniers provenant de deux gisements de natures et de régions différentes : gisement de pyrolusite d’Imini et les terrils des charbonnages de Jerada. Lors de cette étude, différentes techniques et procédés de traitement minéralurgique ont été utilisées. L’hydrométallurgie est la première technique appliquée au gisement de pyrolusite (β-MnO₂) provenant de la mine d’IMINI (Sud du Maroc) où un échantillon représentatif contenant 55% en MnO₂ a été lixivié en milieu acide chlorhydrique 6,36M. Cette opération s’est déroulée à une température de 70°C avec un rapport solide/liquide de 90gl et un temps de contact d’une heure. Ces conditions ont permis d’atteindre un taux de lixiviation de 98% en Mn(II). La solution est conditionnée à un ph 5 avant d’ajouter l’hypochlorite de sodium qui oxyde le Mn(II) en différentes phases d’oxydes (Mn₂O₃, MnO₂). Ces oxydes ont subi une dismutation par l’acide nitrique pour aboutir enfin à la variété α–Mn₂O₃, nH₂O avec une pureté de 97%. Par ailleurs, les terrils abandonnés de l’ancienne mine de charbon de Jerada ont fortement évoluée, en particulier la pyrite contenue s’est oxydée. Dans certains côtés, il ne reste que des oxydes de fer qui se concentrent dans les fines particules du terril. Les opérations suivantes de traitement des minerais : criblage, élutriation et flottation ont permis d’obtenir un produit marchand qui tire 35% en oxyde de fer (Fe₂O₃) utilisable en peinture, émaillage et bio-construction. Cette valorisation permet à la fois de répondre à des besoins locaux, de relancer une activité économique et de traiter un déchet minier.

Présentation (Toubk@l)

Page publiée le 6 mai 2021