Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Maroc → Thèse soutenue → Epidémiologie des leishmanioses et écologie des phlébotomes vecteurs dans la région d’Azilal, Maroc

Université Ibn Tofail - Kénitra (2015)

Epidémiologie des leishmanioses et écologie des phlébotomes vecteurs dans la région d’Azilal, Maroc

Zouirech, Mohamed

Titre : Epidémiologie des leishmanioses et écologie des phlébotomes vecteurs dans la région d’Azilal, Maroc

Auteur : Zouirech, Mohamed

Université de soutenance : Université Ibn Tofail - Kénitra

Grade : Doctorat 2015

Résumé
Les leishmanioses représentent un problème majeur de la santé publique. Au Maroc, la leishmaniose cutan »e (LC) due à L. tropica est largement répandue dans le royaume et endémique au centre du pays notamment dans la province d’Azilal. Sachant que cette maladie es due à l’infection par un protozoire flagellé de type leishmania dont le seul vecteur est un épidémiologique rétropspective sur les leishmaioses et une étude entomologique sur les phlébotomes dans la région d’Azilal. Au cours de cette étude entomogique 23 localités sont été prospectés, avec une fréquence bimensuelle, appartenant aux cinq villages retenus par les services de la santé publique : Ouaouizeght, Foum Jemaa, Aflourer, Bzou et Tanant. Pour cela, nous avons utilisé de pièges adhésifs et des pièges lumineux pour capturer les phlébotomes dans les écuries et à l’intérieur des habitas humains. Ainsi, un total de 5432 spécimens a révélé l’existence de 11 espèces, parmi ces onze espèces collectées, deux espèces dominent par leur abondance relative. Il s’agit de P. sergenti et P. perniciosus (42.4% et 42% successivement), suivit par P.papatasi (9.58%). Cependant, Le reste des espèces collectées, P. longicuspis ; P. chadlii ; P. ariasi, P. chabaudi ; P. alexandri, S. fallax ; S. minuta et S. dreyfussi, ne dépasse pas (6.02%). En outre. P. sergenti, P. perniciosus et P. papatasi ont une meilleure adaptation au climat de la région d’Azilal. En outre, toutes les espèces impliquées ou suspectées dans la transmission des leishmanioses y étaient collectées. L’étude de la saisonnalité de ces espèces montre deux périodes annuelles à haut risque leishmanien pendant les deux mois de juin et de septembre. Notre enquête entomologique corrobore l’implication de P. sergenti en tant que vecteur de L. tropica. D’autre part, l’étude épidémiologique s’est basée sur un échantillon de 2410 cas de leishmaniose au cours de la période 2009-2013. Parmi lesquels 99.5% des cas sont autochtones de type LC à L. tropica et 0.5% des cas sont importées de type viscérale (LV) à L. infantum. Les jeunes sont les plus touchées par les leishmanioses, et surtout les enfants ayant moins de 5 ans (56.5%). Aussi que, le sexe féminin (52.7%) est légèrement plus touché par l’épidémie que le sexe masculin.

Présentation (Toubk@l)

Page publiée le 4 mai 2021