Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Maroc → Thèse soutenue → Les diptères culicidés de certaines hydro-systèmes de la plaine du Gharb et les deux Oudjas

Université Ibn Tofail - Kénitra (2016)

Les diptères culicidés de certaines hydro-systèmes de la plaine du Gharb et les deux Oudjas

Allami, Hafida

Titre : Les diptères culicidés de certaines hydro-systèmes de la plaine du Gharb et les deux Oudjas

Auteur : Allami, Hafida

Université de soutenance : Université Ibn Tofail - Kénitra

Grade : Doctorat 2016

Résumé
La plaine du Gharb, l’Oulja de Rabat et l’Oulja de Salé, par leur position géographique et leur climat, constituent une zone riche en accumulation d’eau superficielle. Cette zone engendre une grande variété de gites larvaires cullicidiennes. Ces moustiques tiennent un rôle extrêmement important dans les écosystèmes mais aussi en épidémiologie humaine et animale. Ils causent des maladies parasitaires à transmission vectorielle. Le combat contre ces maladies repose en grande partie sur la lutte contre le vecteur. Cette lutte ne peut être efficace sans la connaissance précise de : l’écologie, la dynamique, le cycle biologique et la répartition spatio-temporelle de ce vecteur. Le présent travail tente à déterminer la structure du peuplement de culicidés existant dans la plaine du Gharb et les deux Ouljas « Rabat et Salé » et à identifier les facteurs abiotiques influençant l’écologie des populations larvaires de ces moustiques. Onze hydrosystèmes ont été prospectés. Ces derniers abritent 13 espèces de la famille culicidae (5 du genre Culex, 3 du genre Culiseta, 2 du genre Ochlerotatus, 2 du genre Uranotaenia et une du genre Anopheles). Cette étude a permis de relever que les gites Sidi Boughaba et Sidi Amira sont les plus riches en espèces de culicidés, en hébergeant sept espèces chacun, alors que les deux gîtes (Dar El Gueddari et Oulja de Rabat) ne sont colonisés que par deux espèces. Les différents peuplements étudiés sont largement dominés par Culex pipiens et Anopheles labranchiae (la première colonise neuf gîtes, la seconde habite sept gîtes). Cependant, Culex impudicus, Culiseta subochrea et Ochlerotatus detritus ne colonise qu’un seul gîte chacune. Dans les différentes stations prospectées, nos résultats montrent que toutes les variables physico-chimiques étudiés (T°, pH, O2, Cd, Ca2+, CI-, Alc, Oxyd, Nitrates, nitrites) sont des facteurs abiotiques qui contrôlent la distribution géographique des culicidés. La combinaison des effets de ces facteurs contribue de façon principale dans la détermination de la présence ou l’absence de telle ou telle espèce, et par la suite la détermination de la structure du peuplement des culicidés d’un biotope. Dans le cadre de lutte contre les culicidés, l’étude expérimentale montre que la larve d’odonate, la larve et l’adulte de dytique, la grenouille, le triton et le poisson Gambusia, sont d’une grande utilité dans la lutte biologique contre les moustiques. En effet, pour tout traitement chimique visant à réduire l’effectif des culicidés de ces milieux, il faut tenir compte de l’intérêt écologique et sanitaire de ces trois invertébrés vertébrés.

Présentation (Toubk@l)

Page publiée le 3 mai 2021