Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Maroc → Thèse soutenue → Etudes mycologiques sur le palmier dattier au Maroc : diversité des endomycorhizes, spécificité parasitaire de Fusarium oxysporum f. sp. albedinis et recherche de moyens de lutte alternatifs contre la fusariose

Université Ibn Tofail - Kénitra (2017)

Etudes mycologiques sur le palmier dattier au Maroc : diversité des endomycorhizes, spécificité parasitaire de Fusarium oxysporum f. sp. albedinis et recherche de moyens de lutte alternatifs contre la fusariose

Sghir, Fadoua

Titre : Etudes mycologiques sur le palmier dattier au Maroc : diversité des endomycorhizes, spécificité parasitaire de Fusarium oxysporum f. sp. albedinis et recherche de moyens de lutte alternatifs contre la fusariose

Auteur : Sghir, Fadoua

Université de soutenance : Université Ibn Tofail - Kénitra

Grade : Doctorat 2017

Résumé
L’analyse des racines fines prélevées de la rhizosphère des palmiers dattiers des palmeraies de Tafilalt et de Zagora a révélée la présence dans tous les échantillons de différentes structures caractéristiques des endmycorhizes arbusculaires et des endophytes. L’identification préliminaire des spores isolées a permis de noter la présence de 9 espèces de chamignons mycorhiziens, réparties en 3 genres : Glomus, Acaulospora et Entrophospora. La richesse spécifique varie de 2 à 7 espèces selon les sites et la fréquence d’apparition des espèces varie entre 1 et 60%. Des plants de palmier dattier, au stade pépinière, inoculés par un inoculum endomycorhizien composite, multiplié au laboratoire, ont montré un bon développement des masses racinaires et végétatives. Les champignons endomycorhiziens, base de l’inoculum composite, se sont montrés capables de contacter une relation symbiotique avec les racines fines du palmier et de sporuler dans et autour des racines. Vingt cinq espèces endomycorhizienes ont été isolées de la rhizosphère des plants, après neuf mois d’inoculation. Ces espèces appartiennent à cinq genres : Glomus (55%), Zucaulospara (22%), Scutellospara (12%), Entrophospara -5%) et Gigaspara (2%). La croissance des masses racinaires et végétatives est encore plus marquée chez les plats inoculés avec les endomycorhizes et Trichoderma harzianum, champignons filamenteux, utilisé comme agent de lutte biologique et comme biostimulateur de la croissance des végétaux. Des prospections, effectuées dans les palmerais de Tafilalt et de Zagora, ont permis d’isoler un grand nombre d’isolats de Fusarium. Oxysporum f.sp. albedinis à partir des racines et des palmes fusariées. Des tests ont montré que certains de ces isolats, pathogènes sur palmier dattier, sont capables d’induire des symptômes de flétrissement chez les plants de deux hôtes inhabitueils : la tomate et l’aubergine. L’isolat FA5 de F. exysporum albedinis a induit, par exemple, chez deux hôtes inhabituels, des rabougrissements et des rabougrissements et des sypmtômes foliaires caractéristiques, en général, des maladies vasculaires : jaunissements, nécroses, desséchements, chute des feuilles. Le pathogène a été réisolé de toutes les parties des plants inoculés (racines, hypocotyles et épicotyles). L’effet de la fusariose chez la tomate et l’abergine diminue beaucoup chez les plants traités par les mycorhises, Trichoderma harzianum ou les deux, les différents paramètres agronomiques observés se sont beaucoup améliorés suite à ces traitements. L’inoculum endomycorhizien composite et Trichoderma harzianum se sont montrés également capables des diminuer l’incidence de la fusariose chez les plants traités par les mycorhizes, Trichoderma harzianum ou les deux, les différents paramètres agronomiques observés se sont beaucoup améliorés suite à ces traitements. L’inoculum endomycorhizien composite et Trichodernma harzianum se sont montrés également capables de diminuer l’incidence de la fusariose chez les plants de palmier dattier appartement à deux variétés « Majhoul et Boufeggous » inoculés avec F. exysporum f.sp. albedinis : amélioration de la croissance des plants et réduction des symptômes foliaires. Cette réduction est encore plus grande chez les plants coinoculées simultanément avec Trichoderma et les endomycorhizes

Présentation (Toubk@l)

Page publiée le 3 mai 2021