Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Maroc → Thèse soutenue → Contribution à l’étude de l’incidence des sources de pollution sur la qualité (hydrochimique, microbiologique et toxicologique) des eaux de la nappe de Foum El Oued et Oued Sakia El Hamra région Laayoune. Maroc

Université Ibn Tofail - Kénitra (2017)

Contribution à l’étude de l’incidence des sources de pollution sur la qualité (hydrochimique, microbiologique et toxicologique) des eaux de la nappe de Foum El Oued et Oued Sakia El Hamra région Laayoune. Maroc

Zgourdah, Zakaria

Titre : Contribution à l’étude de l’incidence des sources de pollution sur la qualité (hydrochimique, microbiologique et toxicologique) des eaux de la nappe de Foum El Oued et Oued Sakia El Hamra région Laayoune. Maroc

Auteur : Zgourdah, Zakaria

Université de soutenance : Université Ibn Tofail - Kénitra

Grade : Doctorat 2017

Résumé
Le Maroc est un pays à climat semi-aride à aride où l’eau constitue une ressource rare et fragile. Cette situation est d’autant plus grave dans la région de Laayoune Boujdour Sakia El Hamra qui est loin de satisfaire une autosuffisance en matière de ressources hydriques. Les années de sécheresse successives ajoutées aux besoins croissants en eaux n’ont fait qu’aggraver la situation. Ces besoins sont liés essentiellement aux activités économiques telles que le secteur agricole, industriel etc. Cette thèse vise à donner une image aussi complète et précise que possible des bassins versants de la zone d’étude, du point de vue hydrologique, ce qui englobe des activités aussi variées que l’analyse des données climatiques (pluviométire, température, etc.), hydrométrique et microbiologique, ainsi que le traitement statistique de ces données de façon à en tirer les paramètres clés afin de comprendre mieux l’impact de l’exploitation intensive des eaux de la nappe et des rejet des eaux usées sur la qualité des eaux souterraine. D’une manière générale, les résultats hydrochimiques obtenus indiquent que les eaux prélevées présentent un faciès chimique chloruré sodique avec une tendance vers le pôle sulfaté. La température moyenne est de 22° C, le PH est 8.2 la dureté totale (TH) est 20 meq/I et la turbidité de 8 NTU. Sur le plan microbiologique, l’ensemble des eaux de surface ainsi que 91% des puits échantillonnés près des rejets des eaux usées ne sont pas potables du fait que les taux des CF, des ei, des CT, des GT22° et des GT37° surpassent les normes de potabilités fixées par l’oms, par ailleurs, 33% des puits étudiés répondent aux normes d’irrigation recommandées par l’oms

Présentation (Toubk@l)

Page publiée le 3 mai 2021