Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Maroc → Thèse soutenue → Caractéristiques étio-pathologiques et épidémiologiques des entéropathies chroniques chez le dromadaire dans les régions du Sud du Maroc

Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II (2017)

Caractéristiques étio-pathologiques et épidémiologiques des entéropathies chroniques chez le dromadaire dans les régions du Sud du Maroc

ALLALI Ahlam

Titre : Caractéristiques étio-pathologiques et épidémiologiques des entéropathies chroniques chez le dromadaire dans les régions du Sud du Maroc

Auteur : ALLALI Ahlam

Université de soutenance : Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II

Grade : Doctorat en médecine vétérinaire 2017

Résumé partiel
La présente étude avait pour objectif de déterminer la prévalence et l’importance des entéropathies chroniques chez les dromadaires dans les régions du sud du Maroc. Pour ce faire, 100 dromadaires originaires de trois régions (Laâyoune, Aouserd et Zagora), ont été examinés et prélevés au niveau des abattoirs de Laâyoune. Les prélèvements ont concernés les trois portions d’intestin grêle et le ganglion mésentérique en région iléocæcale. Les prélèvements ont été fixés dans le formol tamponné à 10%, déshydratés par une série de bains d’alcool puis imprégnés dans la paraffine. Des coupes histologiques de 5 μm de diamètre ont été confectionnées puis colorées à l’hématoxyline-éosine. Les coupes ainsi obtenues ont été observées au microscope optique pour chercher et identifier les causes possibles d’entérites chronique. Les résultats ont montré une prévalence de 86% d’infestation par Eimeria spp chez les dromadaires examinés. Les caractéristiques morphologiques et les mesures des différentes structures à Eimeria spp retrouvées chez ces dromadaires étaient compatibles avec le diagnostic d’Eimeria cameli. Les portions iléale et jéjunale représentaient les sites de prédilection de cette infestation. Elles ont été sévèrement à très sévèrement infestées respectivement dans 56% et 37,5% des cas. Une infestation sévère à très sévère était significativement plus fréquente chez les dromadaires ayant un âge inferieur à 8 ans (p<0,05). Les lésions microscopiques au niveau des portions d’intestin grêle associées à l’infestation de dromadaires par Eimeria spp, étaient essentiellement l’atrophie des villosités, l’hyperplasie de l’épithélium, l’infiltration du chorion par les cellules inflammatoires (lympho-placmocytaires et polynucléaires éosinophiles), la dilatation des canaux chylifères et la fibroplasie du chorion. Elles étaient de nature sévère au niveau de l’iléon et du jéjunum respectivement dans 39% et 28,5% des cas et plus souvent rencontrés chez les dromadaires sévèrement à très sévèrement infestés. Les niveaux de sévérité des lésions et d’infestation seraient fort probablement associés chez les dromadaires affectés à de la malabsorption qui serait compatible avec une perte non négligeable en production. En effet, les dromadaires maigres étaient significativement plus sévèrement infestés. Ainsi, l’infestation de l’intestin grêle de dromadaire par Eimeria spp doit être considérée comme une contrainte pathologique non négligeable de l’élevage camelin dans les régions du sud du Maroc et dont la signification clinique devrait être investiguée

Version intégrale

Page publiée le 3 mai 2021