Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Maroc → Master → Etude ethnobotanique des plantes médicinales utilisées pour le traitement des maladies chroniques et effets indésirables liés à cette utilisation dans la région Rabat-Salé-Kénitra

Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Fès (2019)

Etude ethnobotanique des plantes médicinales utilisées pour le traitement des maladies chroniques et effets indésirables liés à cette utilisation dans la région Rabat-Salé-Kénitra

EL HACHLAFI Naoufal

Titre : Etude ethnobotanique des plantes médicinales utilisées pour le traitement des maladies chroniques et effets indésirables liés à cette utilisation dans la région Rabat-Salé-Kénitra

Auteur :

Etablissement de soutenance : Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Fès

Grade : Master Sciences et Techniques Biotechnologie Microbienne 2019

Résumé
Les maladies chroniques sont désormais des problèmes majeurs de santé publique. Le recours à la phytothérapie est fréquent en Afrique notamment au Maroc. Dans ce travail, nous avons pu montrer la place de la pharmacopée traditionnelle marocaine, en occurrence les plantes médicinales, ainsi que son importance dans le traitement des maladies chroniques. Ce travail est une contribution à l’élaboration d’un inventaire des plantes médicinales utilisées dans le traitement traditionnel des maladies chroniques, dont les plus importants sont : le cancer, le diabète, les maladies rénales, l’asthme, les maladies rhumatismales, et l’hypertension artérielle. A cet effet des enquêtes ethnobotaniques ont été menées sur le terrain dans les provinces de la région Rabat-Salé-Kénitra auprès de 500 sujets atteints de ces types de maladies chroniques et 81 herboristes en utilisant une fiche questionnaire composée de 20 questions, étalé sur une période de trois mois (de Février jusqu’à Avril 2019). L’analyse des résultats obtenus à partir des fiches questionnaires, a permis de révéler 73 espèces végétales qui se répartissent en 38 familles botaniques, dont les Lamiacées, Apiacées, Fabacées sont les plus citées, avec une représentation importante des espèces suivantes : Nigella sativa, Trigonella foenum graecum, Origanum vulgare, Illicium verum, Linum usitatissimum, Lavandula sp. Nous avons constaté que les feuilles constituent la partie la plus utilisée de ces plantes, avec un pourcentage de 24,61% suivi par les graines (14,45 %) et les racines (11,71 %). La majorité des remèdes sont préparés sous forme de décoction (35%), puis viennent l’infusion (29 %) et la transformation en poudre (20 %). Le sexe-ratio est dominé par les femmes avec un pourcentage de 59 %. La tranche d’âge la plus dominante est de 45-60ans (53%), suivi par la tranche d’âge supérieure à 60 ans (27%). De plus, des effets indésirables liés à l’utilisation des plantes médicinales ont été enregistrés chez 17 patients, ces effets sont légers et d’ordre digestifs en premier lieu. À la lumière de ce travail, la population marocaine reconnait l’efficacité des plantes médicinales dans le traitement des maladies chroniques, mais leur utilisation devra passer par des multiples recherches (Botanique, chimique, phytochimique, pharmacologique et toxicologique) afin de préciser leurs efficacités et innocuités.

Mots clés : Plantes médicinales, Pharmacopée traditionnelle, Enquête ethnobotanique, Maladies chroniques, Région Rabat-Salé-Kénitra.

Présentation

Page publiée le 10 mai 2021