Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2010 → Les parcs nationaux de la Tunisie méridionale : caractéristiques et gestion pour une durabilité de ces territoires

Université du Maine (2010)

Les parcs nationaux de la Tunisie méridionale : caractéristiques et gestion pour une durabilité de ces territoires

Ben Chikha, Zied

Titre : Les parcs nationaux de la Tunisie méridionale : caractéristiques et gestion pour une durabilité de ces territoires

Auteur : Ben Chikha, Zied

Université de soutenance : Université du Maine.

Grade : Doctorat : Géographie sociale et régionale : Le Mans : 2010

Résumé
Huit parcs nationaux, seize réserves naturelles (aujourd’hui ce sont vingt), quatre réserves de biosphère représentent la richesse faunistique et floristique de la Tunisie. Dans les années 1990 et plus précisément 1993, le ministère de l’environnement et de l’aménagement du territoire a été créé. De ce fait, tous les parcs nationaux ont été créés dans les années 1990. Donc, la Tunisie s’est engagée dans une politique volontariste afin de préserver les écosystèmes et les espèces (animales et végétales), de reconstituer une faune sauvage par la réintroduction des espèces autochtones ayant disparu et contribuer à un développement durable. Plusieurs acteurs ont été impliqués dans la gestion de ces aires protégées surtout l’Etat qui représente l’acteur principal à côté de la banque mondiale qui a financier le projet de la Gestion des Aires Protées (projet GAP), à cela s’ajoute plusieurs acteurs. Le rôle des O.N.Gs reste limité. Un bon résultat a été remarqué surtout dans le parc national de Bou Hedma où la steppe à Acacia raddiana tortellis a bien couvert la zone le temps qu’elle ne dépassé pas les 10 000 ha avant la création du parc. La réintroduction des espèces disparues a réussi et l’accouplement a été fait d’une manière normale réussie aussi. Afin à contribuer à un développement durable il aurait fallu équilibrer entre les trois piliers économique, socialo et environnemental. Mais en réalité ce n’est pas le cas car la coté social a resté marginalisé et la population a été écartée de tous les projets de gestion des ces aires protées. Le côté environnemental a été bien respecté en réintroduisant les différentes espèces le développement de l’espace de l’acacia. Parc contre le pilier économique, la Tunisie a essayé de développer l’activité écotouristique mais ce secteur reste jusqu’à aujourd’hui fragile et de proximité. Donc, le palier économique reste à développer. Ce qui pose la question sur l’avenir du développement durable en Tunisie ?

Mots clés : Diversité biologique — Parcs nationaux — Réserves naturelles — Réserves de biosphère — Espaces protégés — Développement durable

Présentation (SUDOC-ABES)

Page publiée le 29 août 2010, mise à jour le 30 juillet 2017