Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2014 → Effets d’une restriction en eau chez des chèvres laitières

Institut des Sciences et Industries du Vivant et de l’Environnement (AgroParisTech) 2014

Effets d’une restriction en eau chez des chèvres laitières

Jaber Lina

Titre : Effets d’une restriction en eau chez des chèvres laitières en climat tempéré ou semi-aride

Effects of water restriction on dairy goats under temperate or semi-arid environments

Auteur : Jaber Lina

Etablissement de soutenance : Institut des Sciences et Industries du Vivant et de l’Environnement (AgroParisTech)

Grade : Doctorat ParisTech 2014

Résumé partiel
La pénurie en eau est un problème répandu dans les régions arides et semi-arides auquel l’élevage caprin doit faire face. Ce projet a étudié les effets de la restriction en eau sur les chèvres en milieu semi-aride et tempéré. Au départ, une revue de la littérature a été accomplie donnant lieu à deux manuscrits. De plus, les articles sur la restriction en eau ont été sélectionnés pour former une base de données qui a servi pour initier une méta–analyse ayant pour but la visualisation de l’effet de la restriction en eau sur différents paramètres physiologiques et de production. La revue qualitative et quantitative a couvert les chèvres et les moutons.Deux expériences sur les chèvres shamies allaitantes et gestantes en milieu semi-aride et une sur les chèvres alpines et Saanen allaitantes en milieu tempéré ont été réalisées. Un régime d’abreuvement intermittent d’un jour sur quatre a été imposé aux chèvres shamies pour une durée d’un mois alors que les chèvres alpines et Saanen ont été privées d’eau pendant 15 heures, de l’après-midi jusqu’au lendemain matin, pendant deux jours consécutifs. L’effet d’un court épisode de chaleur ambiante élevée (19oC vs. 28oC) a été aussi étudié chez les chèvres Saanen et alpines. Des données physiologiques ont été relevées, la composition sanguine et la production et composition laitières.Les chèvres shamies en lactation restreintes en eau ont montré une élévation de l’osmolarité, et des taux d’urée, protéines et albumine sanguins indiquant un état de déshydratation. La production et composition laitière et le poids vif n’ont pas été influencés par le traitement. Par contre, chez les chèvres shamies gestantes restreintes en eau, l’osmolarité a été plus élevée alors que l’insuline a baissé indiquant un état de bilan énergétique négatif. Le poids des chevreaux issus de mères déshydratées à la naissance et à un mois était plus faible, mais qui nécessite confirmation.Les chèvres Saanen et alpines, bien que soumises à une restriction moins sévère, ont aussi montré un état de déshydratation à travers l’élévation des taux sanguins d’albumine, urée et sodium et de l’osmolarité.

Mots clés : Déshydratation, climat semi-aride, climat tempéré, lactation

Présentation (HAL-AgroParisTech)

Version intégrale (7 Mb)

Page publiée le 26 mai 2021