Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2018 → Hydraulique urbaine, hydraulique oasienne : archéologie d’une ville médiévale des marges sahariennes du Maroc : hydro-histoire de Sidjilmãsa et de la plaine du Tãfilãlt

Université Toulouse-Jean Jaurès (2018)

Hydraulique urbaine, hydraulique oasienne : archéologie d’une ville médiévale des marges sahariennes du Maroc : hydro-histoire de Sidjilmãsa et de la plaine du Tãfilãlt

Soubira Thomas

Titre : Hydraulique urbaine, hydraulique oasienne : archéologie d’une ville médiévale des marges sahariennes du Maroc : hydro-histoire de Sidjilmãsa et de la plaine du Tãfilãlt

Urban hydraulic, oasian hydraulic : archaeology of a medieval city in Saharan margins of Morocco hydrohistory of Sid̲j̲ilmāsa and Tāfīlālt plain

Auteur : Soubira Thomas

Université de soutenance : Université Toulouse-Jean Jaurès

Grade : Doctorat : Histoire : Toulouse 2 : 2018

Résumé
La gestion de l’eau est un aspect central de la pérennité séculaire des oasis sahariennes et de leurs dynamiques économiques. En cette matière, il est important de faire la part entre les systèmes traditionnels et les systèmes « modernes » qui ont très largement bouleversé l’écosystème oasien. L’oasis du Tāfīlālt (Maroc), siège de l’émirat de Sid̲j̲ilmāsa et « port » du commerce caravanier entre le VIIIe et le XVe siècle, constitue un excellent observatoire de l’adaptation humaine en milieu aride. Afin de disposer de toutes les données nécessaires à notre réflexion sur l’hydraulique de Sid̲j̲ilmāsa, nous avons constitué un large corpus documentaire, issu du dépouillement de la littérature scientifique autour de la thématique générale de l’eau, focalisé principalement sur les études archéologiques et les techniques de mobilisation. Après une contextualisation du site archéologique de Sid̲j̲ilmāsa dans son environnement oasien et sa documentation écrite depuis le Moyen Âge, nous dressons un état des vestiges hydrauliques découverts depuis 2012 par la mission franco-marocaine. Observables sur l’ensemble des zones de fouilles, ces structures peuvent être associées au captage, à l’adduction ou au stockage de l’eau, ainsi qu’à l’évacuation des eaux usées. L’analyse et la description technique de celles-ci puis leur insertion dans un contexte stratigraphique général, permet, en mobilisant les données du corpus, de proposer des hypothèses fonctionnelles et une évolution des pratiques hydrauliques dans la Sid̲j̲ilmāsa médiévale. Dans la partie finale de la thèse, nous traitons notamment de la représentation symbolique de l’eau à Sid̲j̲ilmāsa, véhiculée depuis le Moyen Âge, et des changements dans les modes d’approvisionnement des populations locales au cours du temps, en nous basant sur les considérations archéologiques présentées durant tout ce travail de recherche et sur nos observations actuelles, afin de proposer un essai d’hydrohistoire du Tāfīlālt.

Présentation (SUDOC)

Version intégrale

Page publiée le 17 mai 2021