Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2002 → Stratégies de prévention de la maladie de Gumboro dans les élevages semi-industriels de la région de Dakar, Sénégal

Université Paul-Sabatier de Toulouse (ENVT) 2002

Stratégies de prévention de la maladie de Gumboro dans les élevages semi-industriels de la région de Dakar, Sénégal

Etienne, Fanny

Titre : Stratégies de prévention de la maladie de Gumboro dans les élevages semi-industriels de la région de Dakar, Sénégal

Auteur : Etienne, Fanny

Université de soutenance : Université Paul-Sabatier de Toulouse (ENVT)

Grade : Thèse d’exercice Docteur Vétérinaire 2002

Résumé
La maladie de Gumboro est une maladie virale très contagieuse qui affecte le jeune poulet. Elle est répandue de manière universelle et les pertes directes et indirectes induites la placent en tête de liste des maladies contagieuses d’importance économique. Sa lutte, basée sur des mesures prophylactiques à la fois hygiéniques et vaccinales, s’avère complexe. Cette maladie, après une flambée épizootique en 1998 au Sénégal, se maintient à des taux de prévalence élevés et sa maîtrise constitue une priorité pour le développement de l’aviculture sénégalaise. L’auteur présente l’aviculture au Sénégal et la maladie de Gumboro avant d’exposer une étude des stratégies de prévention de cette maladie dans les élevages semi-industriels de poulets de chair de la région de Dakar. Les pratiques hygiéniques et vaccinales ont été analysées grâce à un questionnaire dans 29 élevages ; parallèlement, un suivi sérologique a été réalisé afin de suivre la cinétique des anticorps et évaluer la protection des bandes au cours de la durée d’élevage (10 individus prélevés à 1 jour, à la primovaccination, au rappel et à 35 jours d’âge). Il apparaît que les mesures de décontamination ne sont pas maîtrisées et que les bandes sont particulièrement exposées au virus sauvage, du fait du non respect de la conduite en bande unique, de la présence de volailles traditionnelles et de barrières hygiéniques spatiales très insuffisantes. D’autres part, la protection vaccinale des bandes n’est jamais continue ; l’échec quasi systèmatique des primovaccinations semble lié à l’inhibition du virus vaccinal par les anticorps maternels. D’autres facteurs d’échec de la vaccination sont mis en cause, comme la qualité variable de l’eau ou la maîtrise technique d’administration, ce qui conduit l’auteur à proposer des investigations supplémentaires afin de hiérarchiser leur importance relative.

Présentation (OATAO)

Version intégrale (0,9 Mb)

Page publiée le 18 mai 2021