Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Tunisie → Thèse soutenue → 2014 → Etude des fractions de populations d’anguille (Anguilla anguilla, L.1758) dans quelques hydrosystèmes tunisiens : croissance, migration, production et infestation par (Anguillicoloides crassus).

Université de Tunis El Manar (2014)

Etude des fractions de populations d’anguille (Anguilla anguilla, L.1758) dans quelques hydrosystèmes tunisiens : croissance, migration, production et infestation par (Anguillicoloides crassus).

Hizem Habbechi, Besma

Titre : Etude des fractions de populations d’anguille (Anguilla anguilla, L.1758) dans quelques hydrosystèmes tunisiens : croissance, migration, production et infestation par (Anguillicoloides crassus).

Auteur : Hizem Habbechi, Besma

Université de soutenance  : Université de Tunis El Manar

Grade : Docteur en Sciences Biologiques 2014

Résumé partiel
Cette étude a pour objectif de préciser l’écobiologie de l’anguille européenne (Anguilla anguilla) dans certains hydrosystèmes tunisiens représentatifs. Elle s’intéresse à 2 sites principaux, les plus colonisés par cette espèce : la lagune de Ghar El Melh et le complexe Tinja-Ichkeul et 2 autres sites complémentaires : lagune de Bizerte et embouchure de l’oued Mejerdah à Kalâat El Andalous. Elle traite de façon approfondie : les phénomènes de recrutement des civelles et d’échappement des anguilles argentées, l’analyse de la croissance dans les sites choisis, l’examen de l’infestation des différentes populations par le parasite Anguillicoloides crassus, elle fait également le point sur la pression halieutique exercée sur l’espèce dans le monde et particulièrement en Tunisie. Notre travail a montré que le recrutement des juvéniles au niveau de l’oued Mejerdah se fait plus tôt qu’au niveau du lac Ichkeul. Dans la région méditerranéenne, ce recrutement se fait plus tôt sur les côtes européennes et marocaines que sur les côtes tunisiennes. L’étude de la relation longueur-masse et du coefficient k caractérisent une meilleure condition pour les civelles et anguillettes du lac Ichkeul par rapport à celles de l’oued Mejerdah. Concernant les subadultes et pour tous les sites, les anguilles mâles migrent plus tôt (en automne) que les femelles (en hiver) et la maturation sexuelle des mâles, qui est plus précoce, provoque un ralentissement de la croissance. Ce phénomène est plus tardif chez les anguilles femelles. Pour les deux sexes, les stades de maturation des anguilles du lac Ichkeul sont plus développés que celle des anguilles de la lagune de Ghar El Melh puisque K, IO, INP et RGS sont plus importants et le RIS est plus faible. Les anguilles de la lagune de Ghar El Melh (eaux salées) migrent plus vite et plus tôt que celles du lac Ichkeul (eaux douces) qui ont une migration plus étendue dans le temps et retardée. Au niveau de l’aire de répartition de l’espèce, les anguilles migrent plus tôt dans le nord que dans le sud compte tenu du plus ou moins grand éloignement de l’aire de reproduction. Elles doivent en effet atteindre la mer des sargasses durant la même période. D’autre part, nous avons montré que la croissance (linéaire et pondérale) des anguilles femelles est plus rapide que celle des anguilles mâles. Pour la majorité des anguilles tunisiennes l’allométrie est majorante. La croissance linéaire des anguilles est plus importante dans les eaux saumâtres (Ghar El Melh) que dans les eaux douces (Ichkeul).

Présentation (AquaDocs)

Version intégrale (12,2 Mb)

Page publiée le 1er juin 2021