Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2019 → Estimation spatialisée des rendements d’une culture pérenne en Afrique de l’Ouest : le cas du manguier au Sénégal

Montpellier SupAgro (2019)

Estimation spatialisée des rendements d’une culture pérenne en Afrique de l’Ouest : le cas du manguier au Sénégal

Sarron Julien

Titre : Estimation spatialisée des rendements d’une culture pérenne en Afrique de l’Ouest : le cas du manguier au Sénégal

Auteur : Sarron Julien

Université de soutenance  : Montpellier SupAgro

Grade : Doctorat : Sciences agronomiques 2019

Résumé
L’Afrique de l’Ouest fait face à des changements démographiques et climatiques qui mettent sous tension l’agriculture. Les arbres fruitiers, malgré les nombreux services écosystémiques qu’ils fournissent (alimentation, biodiversité, fertilité, etc.), pâtissent de faibles rendements. Dans ce contexte d’insécurité alimentaire, il s’avère indispensable d’améliorer les moyens de suivi de la production agricole pour faire face aux enjeux du développement. Les objectifs de cette thèse étaient de mettre en place des outils d’estimation du rendement du manguier (Mangifera indica L.) à différentes échelles spatiales afin d’identifier les facteurs explicatifs de la variabilité intra- et inter-verger observée en Afrique de l’Ouest. Ces outils ont été construits et déployés dans la région des Niayes au Sénégal pour analyser les rendements d’un réseau de 30 vergers répartis dans trois types de systèmes de culture (extensif, diversifié et intensif). À l’échelle de l’arbre, un outil d’analyse d’images numériques par réseau de neurones assisté par modèle a été mis au point pour estimer la production de manguiers à l’approche de la récolte. Le concept de ’yield gap’ a été adapté pour calculer le ’production gap’, c’est-à-dire l’écart entre la production atteignable de l’arbre (i.e., définie par sa structure et sa variété) et sa production réelle. Cette méthode a mis en évidence les effets de la variété et du système de culture sur les écarts de production. À l’échelle du verger, l’imagerie drone a été utilisée pour construire une carte d’occupation des sols (position des arbres) et déterminer la structure (hauteur, volume) des arbres de chaque verger. Ces informations permettent de modéliser et spatialiser la production des manguiers au sein d’un verger, permettant ainsi l’étude des variabilités du rendement intra et inter-vergers. Les distributions spatiales des caractéristiques et de la production des arbres apparaissent plus hétérogènes dans les vergers extensifs et diversifiés. À l’échelle régionale, l’utilisation du diagnostic agronomique a permis de déterminer les principaux facteurs d’élaboration du rendement du manguier. Si la densité de manguiers est une variable déterminante du rendement dans les vergers intensifs, les vergers diversifiés sont caractérisés par une production de l’arbre plus importante. Le climat, les pratiques culturales et la diversité cultivée sont également des facteurs explicatifs de la variabilité de la production. Cette thèse ouvre de nouvelles voies méthodologiques pour pallier au manque d’information pour l’analyse de la production des arbres fruitiers tropicaux. Les méthodes et outils numériques mis au point permettent l’identification des facteurs impactant l’élaboration du rendement du manguier (climat, pratique et diversité cultivée), une étape décisive vers l’amélioration durable des pratiques et de la production de mangues en Afrique de l’Ouest.

Présentation (Agritrop)

Version intégrale (17 Mb)

Page publiée le 12 juin 2021