Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets 2018 → Améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle aux provinces du Kadiogo, Zoundwéogo et de l’Oubritenga (Burkina Faso)

2018

Améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle aux provinces du Kadiogo, Zoundwéogo et de l’Oubritenga (Burkina Faso)

Burkina Faso

Direction du Développement de la Coopération (Suisse)

Titre : Améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle aux provinces du Kadiogo, Zoundwéogo et de l’Oubritenga (Burkina Faso)

Pays/Région : Burkina Faso

Durée : 01.09.2018 - 31.08.2021

Résumé
Le Burkina Faso fait face à des crises de sécurité alimentaire et de malnutrition récurrentes pour des raisons structurelles et conjoncturelles. L’approche intégrée et innovatrice proposée par ce projet vise à améliorer les conditions de vie et développer la résilience des populations vulnérables selon trois axes : la récupération des enfants malnutris ; la mise en place de groupes d’apprentissage communautaires pour les femmes enceintes et les mères d’enfant ; ainsi que l’amélioration de l’environnement sanitaire et des moyens d’existence. Ce programme s’inscrit dans la nouvelle vision du « programme lait » de la Confédération.

Projet en bref
* Contexte : Le Burkina Faso est soumis à une instabilité nutritionnelle et alimentaire chronique et conjoncturelle. La malnutrition aigüe globale touche 8.7% des enfants de 0 à 59 mois dont 1.4% de forme sévère. De plus, la malnutrition chronique affecte près d’un tiers des enfants du pays. Elle est la cause sous-jacente de 45% des décès des enfants de moins de 5 ans. Dans les provinces du Kadiogo (centre), du Zoundwéogo (centre sud) et de l’Oubritenga (Plateau centrale), 313’965 personnes sont sous stress alimentaire selon l’enquête. Il est attendu, à la période de soudure, qu’au moins 545’230 personnes soient touchées par ce risque alimentaire et nutritionnelle. Cette prévalence s’explique notamment par une sécurité alimentaire instable, un faible taux d’éducation nutritionnelle des parents, un accès insuffisant à l’eau potable et aux structures d’assainissement. L’économie repose essentiellement sur une agriculture vivrière qui est dépendante des aléas climatiques, de la dégradation des sols et du prix du marché. Cependant la lutte contre la malnutrition ne consiste pas qu’à éliminer la faim, elle doit également agir sur la résilience des populations pour leur permettre d’accéder à des régimes alimentaires plus durables.
* Objectifs  : Renforcer la sécurité alimentaire et nutritionnelle aux provinces du Kadiogo, Zoundwéogo et de l’Oubritenga au Burkina Faso
* Groupes cibles  : - Les enfants Malnutrition Aigüe Sévère (MAS) et Malnutrition Aigüe Modérée (MAM) pris en charge au sein des structures spécialisées - Femmes enceintes et les mères d’enfant de 0 à 23 mois - Les ménages agricoles vulnérables Zone de Nobéré : 28 villages Zone de Sakoula : 9 villages Zone de Guié : 11 villages Population totale : environ 120’000 personnes

Budget de la Suisse  : CHF 1’500’000

Présentation : Coopération Suisse

Page publiée le 8 juillet 2021