Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Belgique → Dynamiques institutionnelles des systèmes d’irrigation communautaires au Moyen Atlas, Maroc : de la communauté à l’association des irrigants ?

Université catholique de Louvain (2009)

Dynamiques institutionnelles des systèmes d’irrigation communautaires au Moyen Atlas, Maroc : de la communauté à l’association des irrigants ?

Bekkari, Lahssan

Titre : Dynamiques institutionnelles des systèmes d’irrigation communautaires au Moyen Atlas, Maroc : de la communauté à l’association des irrigants ?

Auteur : Bekkari, Lahssan

Université de soutenance : Université catholique de Louvain

Grade : Doctorat en sciences sociales (développement-population-environnement) 2009

Résumé
Cette thèse repose la question de la durabilité de la gestion des ressources communes dans les zones de montagne au Maroc. En s’intéressant aux systèmes d’irrigation communautaire, la recherche se focalise sur les réadaptions des modes ancestraux de gestion de l’eau, en fonction des conceptions locales de la durabilité, mais aussi en relation avec des dynamiques globales et des dynamiques locales. Les premières sont liées à l’évolution du modèle d’intervention de l’État vers des approches dites participatives, basées sur la création d’Associations des Usagers des Eaux Agricoles ; les deuxièmes découlent des changements au niveau des systèmes agraires, fortement induits par l’introduction massive de l’arboriculture irriguée. Sur la base d’études de cas conduites chez des communautés d’irrigants du Moyen Atlas, la thèse analyse les dynamiques institutionnelles à travers le processus de passage de la communauté à l’association des irrigants, elle adopte une approche constructiviste et emprunte des grilles d’analyse développées dans le cadre de la Théorie des Ressources Communes, comme outils heuristiques pour les besoins de la recherche. En ciblant le processus d’appropriation de l’association par les communautés, l’étude de terrain privilégie les données qualitatives et l’observation afin de mieux appréhender les différentes dimensions des changements en cours. Les acteurs sont placés au centre de l’analyse. Les résultats montrent que l’appropriation est possible, elle est alors le fruit de l’action collective, facilitée par la valorisation d’un ensemble de ressources locales constituant une sorte de capital global villageois. L’AUEA vient se greffer sur le mode de gestion communautaire. Elle devient une « association communautaire ». Une fois appropriée par la communauté, l’association contribue à améliorer la gouvernance locale et à dynamiser l’organisation communautaire, elle contribue ainsi à une redéfinition du développement local et des relations plus équitables avec l’extérieur, encore régies par la domination de la société globale.

Mots-clés : Systèmes d’irrigation communautaires | Apprentissage organisationnel | Action collective | Dynamiques institutionnelles | Innovations | Moyen Atlas | Maroc

Présentation

Page publiée le 4 septembre 2010, mise à jour le 25 novembre 2018