Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets 2020 → Agroécologie pour la souveraineté alimentaire et l’adaptation aux changements climatique (PASAAO II) Burkina Faso

2020

Agroécologie pour la souveraineté alimentaire et l’adaptation aux changements climatique (PASAAO II) Burkina Faso

Burkina Faso

Titre : Agroécologie pour la souveraineté alimentaire et l’adaptation aux changements climatique (PASAAO II) Burkina Faso

Pays : Burkina Faso

Durée : 01/02/2020 — 31/01/2023

Contexte et problématique
L’agroécologie constitue une réponse essentielle dans la prévention des crises. L’agriculture joue un rôle central au Sahel : elle représente en moyenne plus de 30% du PIB des pays de cette zone, dans lesquels plus de 55% des populations sont rurales. 90% de la production agricole ouest-africaine est le fait de systèmes agricoles familiaux, très dépendants des aléas climatiques et de l’accès aux ressources naturelles. Confrontées à de fortes contraintes climatiques, les agricultures paysannes sahéliennes peinent à relever le défi de la souveraineté alimentaire, dans des pays dont la population double tous les 20 à 25 ans. En 2020, la malnutrition infantile concerne 20% à 30% des enfants de moins de 5 ans au Burkina Faso et au Mali.

Face à ces problématiques interconnectées, Terre & Humanisme (T&H) et ses partenaires identifient comme enjeux prioritaires la souveraineté alimentaire à l’échelle des bassins de vie, la lutte contre la désertification et l’adaptation aux changements climatiques. Ils choisissent d’y répondre par la redynamisation des agricultures paysannes dans une démarche agro-écologique globale, favorable à la réappropriation, par les paysans, des facteurs de production et d’une économie rurale pérenne, améliorant leurs conditions de vie et leur autonomie.

La première phase du projet (PASAAO I) a relevé le défi de la professionnalisation et de la mise en réseau d’organisations locales pionnières de la transition paysanne vers l’agroécologie (modèle qui vise à promouvoir des systèmes alimentaires viables respectueux des hommes et de leur environnement). Ces premiers succès justifient la poursuite de l’accompagnement dans cette dynamique de transition endogène visant son autonomisation progressive, et son extension à de nouvelles Organisations de Producteurs.

La Direction de la Coopération Internationale a souhaité appuyer cette deuxième phase, amorçant cette année son tout premier partenariat avec Terre et Humanisme. Le projet s’inscrit dans l’ODD 2 "Lutte contre la faim" (2.1, 2.3, 2.4), et contribuera aux ODD 1 "Pas de pauvreté" (cible 1.1, 1.2), ODD 8 "Travail décent et croissance économique" (8.2), ODD 12 "Consommation et production responsables" (12.4) et ODD 13 "Mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques" (13.3).

Objectifs
Objectif général du projet : Densification et renforcement du tissu d’acteurs et de réseaux engagés pour le déploiement de l’agroécologie à l’échelle nationale burkinabè et sous-régionale (Mali, Togo, Bénin).

Objectifs spécifiques : Renforcer les dynamiques endogènes de diffusion de l’agroécologie, d’innovation et d’expérimentation en milieu paysan à l’échelle sous-régionale. Appuyer la production et la valorisation équitable des productions agroécologiques paysannes sur les marchés locaux au Burkina Faso. Accompagner la montée en puissance et l’autonomisation des réseaux d’acteurs endogènes de l’agroécologie paysanne à l’échelle sous-régionale.

Porteur du projet : Terre et Humanisme

Bénéficiaires
Bénéficiaires directs :83 organisations de producteurs (au moins 60% de femmes et 30% de jeunes), soit 2 200 paysans sensibilisés / formés et accompagnés dans leur transition écologique et 850 enfants et étudiants bénéficiaires de 17 jardins scolaires. À l’échelle sous-régionale (Burkina Faso, Mali, Togo), 5 organisations locales présentes dans 20 provinces avec un réseau de 185 animateurs en agroécologie, pour 10 000 producteurs en transition.

Bénéficiaires indirects : 13 000 membres des familles des producteurs au Burkina 60 000 ruraux dans la sous région.

Financement : 300 000,00 €

Présentation

Page publiée le 14 août 2021