Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → ONG/NGO Coopération décentralisée → Tunisie → Le projet « Shabab » : Construire des alternatives pour et avec les jeunes en risque de rupture sociale et de radicalisation

2020

Le projet « Shabab » : Construire des alternatives pour et avec les jeunes en risque de rupture sociale et de radicalisation

Tunisie

Titre : Le projet « Shabab » : Construire des alternatives pour et avec les jeunes en risque de rupture sociale et de radicalisation

Pays : Tunisie
Localisation : Ariana La Manoubia et Ben Arous

Durée : Nov 2020 // Oct 2021

Objectifs  : Le projet « Shabab » a pour objectif, généralement, de co-construire avec des jeunes en risque de rupture sociale du Grand Tunis (Douar Hicher, Bori el Amri, Sidi Amor et Naassen) un environnement porteur de solutions éducatives, psycho-sociales et culturelles alternatives.

Descriptif
Face au constat de l’insuffisance des dispositifs alternatifs à l’insertion ou à la réinsertion des jeunes en en risque de rupture sociale, le projet « Construire des alternatives pour et avec les jeunes en risque de rupture sociale et/ou en voie de radicalisation – Shabab », mené en partenariat par l’association tunisienne ADO+ et l’ONG française Santé Sud, vise ainsi à co-construire, avec ces jeunes, un environnement porteur de solutions éducatives, psycho-sociales et culturelles alternatives, sur le territoire du Grand Tunis. Plus spécifiquement, il s’agit d’appuyer les organisations de la société civile tunisiennes à construire, aux côtés des pouvoirs publics, des alternatives pour et avec les jeunes en risque de rupture sociale et / ou en voie de radicalisation.

Le projet est concentré sur les quatre zones d’intervention situées dans des quartiers défavorisées du Grand Tunis, définies autour de quatre centres d’accueil (03 centres Relevant du Ministère des Affaires sociales et 01 centre du Ministère de la femme) accueillant chacun annuellement 50 à 60 jeunes en risque de rupture sociale et /ou en conflit avec la loi : Le CSOE de Sidi Amor (Gouvernorat de la Manouba) ; Le CDIS de Douar Hicher (Gouvernorat de la Manouba) ; Le CDIS de Naaseb (Gouvernorat de Ben Arous) ; Le CIJE de Borj-el-Amri (Gouvernorat de la Manouba).

Initié par : Association tunisienne ADO+ et ONG française Santé Sud,

Présentation : JAMAITY

Page publiée le 26 septembre 2021